Nato-SommetBettel gëtt Trump ze verstoen, datt Lëtzebuerg net méi ka bezuelen

Um Enn ass en Donneschdeg de Sommet vun der Nato awer nach an engem kulanten Toun op en Enn gaangen.

© RTL Télé Lëtzebuerg

Zu Bréissel huet den US-President verséchert weiderhin zu der Nato ze stoen. Hien hätt ee wonnerbare kollegiale Geescht gespuert, wéi zanter Joren net méi, sou den US-President. Do virdru soll den Donald Trump nach hannert zouenen Diere virun engem amerikanesche cavalier seul a Verdeedegungsfroe gewarnt hunn. Sollten d'Memberlänner net direkt 2 Prozent oder souguer op 4 Prozent vum PIB fir Militärdepensen ausginn, géifen d'USA hiren eegene Wee goen. Et huet souguer missen eng Krisereunioun aberuff ginn.

Schonn am Virfeld hat den Amerikaner hir Fuerderungen no méi héije Militärdepense vun den Nato-Partner fir Opreegung gesuergt.

De Grand-Duché ass a bleift derbäi, datt een net wëll an net kann op méi en héije Montant eropgoen. Dat huet de Premier Xavier Bettel dem Donald Trump och an engem 4-A-Gespréich kloer ze verstoe ginn, wéi de Staatsminister am RTL-Interview erkläert.

De Xavier Bettel: Ech hu wierklech wëllen erklären, datt mir zu Lëtzebuerg eben net kënnen 10 Prozent vum Budget, well et gëtt jo gerechent um PIB, kënnen huele fir Militärdepensen. Dat ass éischtens materiell net méiglech an zweetens vum Engagement hier, wat mir geholl hunn. Mir hunn zu Wales gesot, datt mir eis Contributioune géingen an d'Luucht setzen. Mir si vu 0,4 Prozent op 0,6 Prozent eropgaangen. Ech hunn him och erkläert, wat de Lëtzebuerger Kontext wier, bon op hien dat elo appreciéiert oder net, kann ech iech elo net soen, mä ech hunn op alle Fall de Lëtzebuerger Kontext wëllen erklären.             

Extrait Xavier Bettel



Lëtzebuerg wier e klengt Land mat enger klenger Arméi vun nëmmen 850 Zaldoten. Lëtzebuerg géif seng Engagementer an der NATO erfëllen, ma et hätt kee Wäert eppes ze verspriechen, wat een net hale kéint, sou de Xavier Bettel.

Déi bescht Aart a Weis fir Konflikter ze evitéieren, do bleift de Premier derbäi, wier et fir den nächste Generatioune Perspektiven ze bidden. Dat heescht also e kloren Engagement fir d'Entwécklungshëllef.

Xavier Bettel, Étienne Schneider et Jean Asselborn au sommet de l’OTAN à Bruxelles (11-12.07.2018)

Communiqué par: ministère d'État / ministère des Affaires étrangères et européennes

 

Le Premier ministre, ministre d’État, Xavier Bettel, le Vice-Premier ministre et ministre de la Défense, Étienne Schneider, et le ministre des Affaires étrangères et européennes, Jean Asselborn, ont participé au sommet de l’OTAN qui s’est tenu à Bruxelles les 11 et 12 juillet 2018.

Au centre des discussions du sommet, qui a réuni les chefs d’État et de gouvernement, les ministres des Affaires étrangères et ministres de la Défense des 29 membres de l’Alliance, figuraient notamment la question du partage du fardeau, l’intensification de la lutte contre le terrorisme, l’amélioration de la cyber défense et les défis actuels pour la sécurité euro-atlantique, y compris la Russie.

L’approche stratégique pour le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord, les partenariats de l’OTAN, ainsi que l’adaptation et la modernisation de l’Alliance figuraient aussi à l’ordre du jour. Finalement, les pays membres ont abordé le renforcement de la coopération entre l’OTAN et l’Union européenne.

«L’OTAN est forte parce qu’elle repose depuis sa création en 1949 sur l’unité et la solidarité entre l’Amérique du Nord et l’Europe dans la défense de nos valeurs et de nos intérêts communs et c’est grâce à l’Alliance que le Luxembourg a vécu plus de 70 ans de paix et de prospérité», a déclaré Xavier Bettel lors du sommet. «Mon pays est conscient de la nécessité d’investir dans la sécurité de notre continent et le Luxembourg assumera sa part de responsabilité dans un esprit de solidarité de partage du fardeau».

«L’OTAN joue un rôle central pour le partenariat transatlantique et pour faire face aux défis en termes de sécurité externe et interne engendrés par une situation internationale détériorée. Pour que le Grand-Duché maintienne sa réputation d'acteur crédible et fiable au niveau international, les investissements dans la politique de défense devront être poursuivis, dans la mesure du possible en générant un retour économique pour le Luxembourg et en ayant une double finalité, civile et militaire», a dit le Vice-Premier ministre, ministre de la défense Étienne Schneider. Et de continuer: «Mais la sécurité est aussi bien plus qu’une affaire de défense. Lorsque le Luxembourg investit 1% dans l’aide publique au développement et l’aide humanitaire, il s’agit là aussi d’une contribution à la sécurité. Si beaucoup de pays en faisaient autant, il y aurait beaucoup moins de conflits dans le monde».

Faisant remarquer que la sécurité va au-delà de la seule défense, Jean Asselborn a plaidé pour que les discussions au sein de l’OTAN «ne se limitent pas à une approche uniquement comptable». Il a rappelé l’importance pour le Luxembourg de la coopération au développement, qui constitue un investissement améliorant les conditions de vie de personnes à travers le monde et contribue à la stabilité et la sécurité, tout comme à la prévention des conflits. Le ministre Asselborn a enfin souligné l’importance pour la paix et la sécurité internationales d’œuvrer à un multilatéralisme efficace et de renforcer le système international fondé sur la règle de droit.


Är Commentairen - Netikett


D'Commentairë gi gelueden, ee Moment w.e.g.!
Sollten se net geluede ginn, hutt der wahrscheinlech een AdBlocker laafen, deen se blockéiert. Dir misst en dann sou astellen, dass en eisen Site net méi komplett blockéiert.