Debat ëm den EU-BudgetMéi Politik, mat manner Suen?

Wann awer elo jiddweree kënnt mat enger Epiciersrechnung fir ze kucke wat e bezilt a wat en erauskritt, da si mer falsch, sou de Xavier Bettel.

Delikat Budgetsgespréicher um informellen EU-Sommet (23.02.2018)
Wann et an der Europäescher Unioun ëm d’Geld geet, da ginn et häefteg a virop och laang Diskussiounen. 29 Méint hat et 2012-13 gedauert.
Nieft der Fro, wéi de Successeur vum Jean-Claude Juncker, also den nächsten EU-Kommissiounspresident, soll gewielt ginn, hunn sech déi 27 Staats-an Regierungscheffen zu Bréissel e Freideg virun allem mam Budget beschäftegt. An do dominéiert d'Fro: wéi soll een dat grousst Lach stoppen, wat no 2019 duerch de Brexit an de Budget gerappt gëtt.

Budget um EU-Sommet / Reportage Annick Goerens



De Brexit wäert nämlech no 2019 e Lach vun ronn 15 Milliarden Euro an de Budget rappen an donieft fuerderen nei Erausfuerderunge wéi d'Gestioun vun der illegaler Migratioun an d'Opstocke vun der europäescher Verdeedegung enorm vill Geld.

"Wann awer elo jiddweree kënnt mat enger Epiciersrechnung fir ze kucke wat e bezilt a wat en erauskritt, da si mer falsch", sot an dem Kontext den Lëtzebuerger Premier Xavier Bettel e Freideg kuerz virun Mëtteg.

De Xavier Bettel



Et wär jo schliisslech een informelle Sommet, wou keng Conclusioune géinge geholl ginn, erkläert nach de Xavier Bettel.

Zweete grousse Punkt si jo institutionell Froen, notamment iwwer transnational europäesch Lëschte bei den Europawahlen 2024 a fir d'Fro vun de Spëtzekandidate fir d'Wahlen d'nächst Joer.


Den Debat ronderëm d'Fro vun de Spëtzekandidaten
Um informelle Sommet e Freideg zu Bréissel dominéieren zwou grouss Froen. Engersäits wéi een dat zweestellegt Milliarde-Lach soll stoppen, wat de Brexit am EU-Budget no 2019 léisst. Dobäi ass gewosst, dass een nach zousätzlech Depensë wäert hunn, wann een d'Iddien ëmsetzt, iwwer déi een op de leschte Sommeten geschwat huet. Dat wären zum Beispill méi Budget fir d'Verdeedegung, e bessere Schutz vun den EU-Baussegrenzen, fir déi illegal Migratioun ze bekämpfen a méi Sue fir den Erasmus-Programm.

Anerersäits stinn eng Partie institutionell Froen um Programm an do notamment déi, wéi de nächsten EU-Kommissiounspresident soll gewielt ginn. Ob all déi grouss europäesch Parteien, wéi schonn 2014, ee Spëtzekandidaten designéieren, deen dann, wa seng Partei déi stäerkste gëtt, un d'Spëtzt vun der Kommissioun kënnt. Oder ob, wéi et virdrun war, déi europäesch Staats-an Regierungscheffen no den Walen d'Resultater vun de Parteien consideréieren, ma awer selwer decidéieren, wien dem Jean-Claude Juncker säi Successeur gëtt.

De Lëtzebuerger Premier Xavier Bettel fënnt, dass een d'Fro vun de Spëtzekandidaten och un transnational Lëschte misst koppelen, géint déi d'EU-Parlament awer schonn Ufank Februar gestëmmt hat.

Extrait Xavier Bettel (2)



Fir d'europäesch Bierger ass et deemno eng ganz wichteg Decisioun, well et geet do indirekt ëm d'Fro ob hir Stëmm och een Afloss kéint drop hunn, wien den nächsten EU-Kommissiounspresident gëtt. Mat dësem System wär d'Wahl op alle Fall méi demokratesch a méi no un de Bierger, dat war d'Argument vum EU-Parlament.

Communiqué par: ministère d'État

 

Le Premier ministre, ministre d’État, Xavier Bettel s’est rendu à Bruxelles le 23 février 2018 pour une réunion informelle des chefs d’États ou de gouvernement. Cette réunion s’est inscrite dans le cadre du programme des dirigeants.

À l’ordre du jour figuraient des discussions sur les questions institutionnelles. Dans un premier temps, il a été question des listes transnationales et de la question des têtes de liste européennes. Dans ce contexte, Xavier Bettel a déclaré que «le sujet des listes transnationales devra rester à l’ordre du jour notamment en vue des élections européennes de 2024», tout en soulignant que la question des têtes de listes «n’est pas un automatisme couvert par les traités». Il a également été question de la composition future du Parlement européen. Sur les questions institutionnelles de manière générale, le Premier ministre a déclaré qu'«il faut éviter que l’UE se trouve embourbée dans des querelles institutionnelles sur la répartition des pouvoirs».

Les chefs d’État ou de gouvernement ont ensuite débattu des priorités politiques du cadre financier pluriannuel après 2020. Dans ce contexte, le Luxembourg a adopté une «position pragmatique et constructive». Le Premier ministre a souligné que «nous sommes disposés à prendre nos responsabilités, pour autant que cela serve à promouvoir une Europe de la solidarité et de la convergence». Il est «important que tous autour de la table fassent un effort».

En amont de cette réunion, Xavier Bettel a participé à une conférence internationale de haut niveau sur le Sahel, qui a réuni autour d’une table les dirigeants de l’Union européenne, des pays du G5 Sahel ainsi que des principaux partenaires engagés dans la région. Cette conférence vise à maintenir et intensifier la mobilisation de la communauté internationale sur le plan politique, de la sécurité et du développement de cette région.

Lors de cette conférence, le Premier ministre a mis en avant «une contribution de 1,1 million d’euros au profit du soutien médical requis par la force conjointe du G5 Sahel. Une contribution supplémentaire de 500.000 euros a également été octroyée afin de doter les forces armées maliennes de matériel médical par le biais de la Mission de formation de l’Union européenne». Il a ajouté: «Le Luxembourg se tient prêt à contribuer au transport stratégique de la force conjointe.» Afin d’accompagner le processus de la mise en œuvre des dispositions de l’Accord pour la paix et la réconciliation au Mali, le Luxembourg a également décidé d’appuyer les efforts de la Minusma dans la mise en place du Bureau de l’observateur indépendant, par une contribution de 500.000 euros.

Compte tenu de l’engagement conséquent et de longue date du Luxembourg au Sahel en matière de coopération au développement, le Premier ministre a également annoncé l’intention du Luxembourg de rejoindre l’Alliance Sahel, une initiative lancée par la France, l’Allemagne et l’Union européenne et qui vise à apporter une réponse commune et efficace aux défis en matière de sécurité et de développement auxquels la région fait face.