Lëtzebuerger Empfank fir 67. Berlinale "Filmer gehéiere mëttlerweil zum Lëtzebuerger Wiesen"

Wann d'Berlinale voll am Gaangen ass, dann ass dat och fir d'Lëtzebuerger Filmbranche eng gutt Geleeënheet, fir zu Berlin zesummenzekommen.

© afp

Wei all Joers, hunn d'Lëtzebuerger Ambassade an de Filmfong sech et net huele gelooss, fir Lëtzebuerger Schauspiller, Regisseuren a jiddereen, deen eppes mam Medium Film ze dinn huet, zu Berlin op e Patt ze invitéieren.

Bei dësem traditionellen Empfang konnten dann och déi 3 Lëtzebuerger Produktioune virgestallt ginn, déi bei der 67. Editioun vun der Berlinale gewise ginn. Och wann d'Filmer aus dem Grand-Duché nach net esou bekannt sinn, wei zum Beispill déi amerikanesch, sou ass een an der Branche dach ganz zefridde mat der Entwécklung.

Berlinale / Reportage Pierre Jans


Nieft dem Film vum Sam Garbarski ''Es war einmal in Deutschland'', bei deem déi Lëtzebuerger Firma ''Samsa'' d'Co-Produktioun iwwerholl hat, ginn och nach ''Barrage'' vum Laura Schroeder an den Animatiounsfilm ''Richard the Stork'' op der Berlinale gewisen.

A wann 3 Lëtzebuerger Produktioune fir ee vun de bekanntste Filmfestivalen op der Welt selektionéiert sinn, da wier dat immens villverspriechend.

Dat war op alle Fall déi allgemeng Meenung vun den Invitéen, déi um Méindeg den Owend um Empfang an der Lëtzebuerger Ambassade erauszehéiere war. De Film géif esouguer mëttlerweil zum Wiese vu Lëtzebuerg gehéieren, sou den Ambassadeur Georges Santer.

Een, deen d'Entwécklung vum Lëtzebuerger Film vun Ufank u materliewe konnt, ass de Schauspiller André Jung. Hie mengt zwar, dass Lëtzebuerg ëmmer nach méi u belschen a franséische Produktioune bedeelegt ass, ewéi un Däitschen, ma och zu Berlin, géif d'Unerkennung fir déi Lëtzebuerger Filmproduktiounen ëmmer méi grouss ginn. An och wann den André Jung selwer scho laang net méi zu Lëtzebuerg wunnt, sou ass hien dach nach ganz verbonne mam Grand-Duché.

D'Filmbranche ass jo een haart Geschäft, an dowéinst ass et virun allem als jonke Schauspiller, Regisseur oder Produzent net esou einfach, fir sech géint d'Konkurrenz duerchzesetzen. Aus dësem Grond wär et ëmsou gutt, dass Lëtzebuerg esou vill an d'Kultur investéiert, sou de jonke Schauspiller Max Thommes, deen ënner anerem schonn an engem ''Tatort'' ze gesi war.

D'Berlinale geet nach bis den 19. Februar a bis dohi wäerten d'Kinoen an der Däitscher Haaptstad vu moies bis owes gutt gefëllt sinn.

Hei dat offiziellt Schreiwes:

Le secrétaire d’État à la Culture en visite à Berlin dans le cadre de la 67e Berlinale (14.02.2017)
Communiqué par: Fonds national de soutien à la production audiovisuelle

Guy Arendt, secrétaire d’État à la Culture, s’est rendu à Berlin pour rencontrer les professionnels du cinéma luxembourgeois dans le cadre de la 67e édition du Festival international du Film de Berlin où le Luxembourg était particulièrement bien représenté avec 3 coproductions luxembourgeoises au programme officiel et 7 coproductions au EFM marché du film européen.

Le secrétaire d’État à la Culture a profité de sa présence à Berlin pour visiter plusieurs hauts lieux culturels tels que le «Literarisches Colloquium» ou la «Künstlerhaus Bethanien». Il a ainsi salué «l’important travail de médiation littéraire des nombreux artistes et auteurs luxembourgeois accueillis à la résidence de création de ces institutions de grande renommée internationale». Il s’est également déplacé à la «Saarländischen Galerie – europäisches Kulturforum».

Après avoir assisté à la projection du film «Barrage» réalisé par la jeune Luxembourgeoise Laura Schroeder et coproduit par Red Lion, Guy Arendt a participé à la traditionnelle réception organisée conjointement par Georges Santer, ambassadeur du Grand-Duché de Luxembourg à Berlin et Guy Daleiden, directeur du Lëtzebuerger Filmfong, réunissant professionnels et partenaires du secteur de la production audiovisuelle ainsi que des représentants du monde de la culture.

Guy Arendt s’est réjoui de la présence marquée du Luxembourg à Berlin cette année notamment au niveau de la sélection: «3 coproductions luxembourgeoises dans le programme officiel, cela démontre que la qualité artistique de nos cinéastes luxembourgeois jouit d’une grande reconnaissance au niveau international». 

Les films en sélection à la Berlinale 2017 et au EFM marché du film européen:

«Barrage» de Laura Schroeder (coproduit par Paul Cruchten/Red Lion), accueilli en première mondiale dans la section «FORUM». C’est le 2e long-métrage de la Luxembourgeoise (après «Schatzritter» en 2012) qu’elle a co-écrit avec la romancière française Marie Nimier. Tourné en grande partie près du lac de la Haute-Sûre, ce drame féminin compte dans sa distribution Lolita Chammah, la jeune Thémis Pauwels et Isabelle Huppert. Les acteurs luxembourgeois Charles Müller, Marja-Leena Juncker et Luc Schiltz complètent le casting.

«Es war einmal in Deutschland… » de Sam Garbarski (coproduit par Jani Thiltges/Samsa Film), sélectionné dans la prestigieuse section «Berlinale Special Gala». C’est le 5e long-métrage de Sam Garbarski qui a produit tous ses films en collaboration avec Samsa Film et le soutien du Filmfong («Le Tango des Rashevski», «Irina Palm», «Quartier Lointain» et «Vijay and I»). À l’affiche de ce drame post-Holocaust, on retrouve e.a. Moritz Bleibtreu, Antje Traue ainsi que les Luxembourgeois Jeanne Werner, Christian Kmiotek, André Jung et Fabienne Hollwege.

«Richard the Stork», long-métrage d’animation en 3D réalisé par Toby Genkel et Reza Memari (coproduit par Stéphan Roelants/Melusine Productions/Studio 352), projeté en compétition dans la section Generation Kplus. Toby Genkel avait déjà réalisé avec le Luxembourgeois Sean McCormack le 1er long-métrage de la Fabrique d’Images «Two by Two - Ooops the ark has gone». Melusine Productions a coproduit de nombreux films d’animation de qualité dont le césarisé «Ernest et Célestine» ou encore «Le chant de la mer» et «Extraordinary Tales».

Outre «Barrage» et «Es war einmal in Deutschland», 5 autres coproductions luxembourgeoises sont représentées cette année au European Film Market, à savoir «Mullewapp», long-métrage d’animation de Tony Loeser et Theresa Strozyk (Melusine Productions/Studio 352), «Die Nacht der 1000 Stunden» de Virgil Wodrich (Amour Fou Luxembourg), Rusty Boys d’Andy Bausch (Paul Thiltges Distributions), «Souvenir»  de Bavo Defurne (Deal Productions) et «Storm» de Dennis Bots (Tarantula Luxembourg).

Enfin, un petit coup de projecteur sur la jeune actrice luxembourgeoise Vicky Krieps qui joue un rôle dans le film «Le jeune Karl Marx» de Raoul Peck au programme de la «Berlinale Special Gala» .