Alzheimer-FuerschungPrestigiéise Präis fir Lëtzebuerger Neurowëssenschaftler

De Professer Michel Goedert gouf en Dënschdeg zesumme mat 3 anere Fuerscher mam "Brain Prize 2018" ausgezeechent.

© Université du Luxembourg / Michel Brumat
De Lëtzebuerger Proff ass zanter 2003 Member vum Conseil de gouvernance vun der Lëtzebuerger Uni.

Hien ass Chef de programme am Laboratoire de biologie moléculaire vum Medical Research Council zu Cambridge an och Honorarprofesser vun der Uni Cambridge.

De "Brain Prize" ass mat 1 Millioun Euro dotéiert a gëtt all Joer un een oder méi international Chercheure fir exzeptionell Leeschtungen am Beräich vun den Neurowëssenschaft verginn.

Dëst Joer geet en u Michel Goedert (Cambridge), Bart De Strooper (London a Louvain), Christian Haass (München) an John Hardy (London) fir hir Aarbechten iwwert der genetesch a molekular Grondlage vun Alzheimer.

De Michel Goedert sot sech ganz honoréiert - an iwwerrascht - iwwer de Präis an huet d'Bedeitung vun der Recherche iwwer d'Alzheimer-Krankheet am vasten Domaine vun der Neuroscience ënnerstrach: "Och wann aktuell eng grouss Enttäuschung do ass, datt et nach keen effizient Medikament géint Alzheimer gëtt, esou schéngt et kloer, datt mer nach méi Wësse brauchen iwwert d'Mechanisme vun där Krankheet."

Communiqué de presse vun der Uni Lëtzebuerg

Brain Prize 2018

Le professeur Michel Goedert parmi les lauréats du plus prestigieux prix de la recherche sur le cerveau

Luxembourg, le 6 mars 2018 – La Lundbeck Foundation au Danemark annonce que quatre chercheurs en neurosciences travaillant au Royaume-Uni, en Belgique et en Allemagne ont reçu aujourd'hui le plus prestigieux prix de la recherche sur le cerveau. Le Brain Prize 2018 a été conféré à Michel Goedert (Cambridge), Bart De Strooper (Londres et Leuven), Christian Haass (Munich) et John Hardy (Londres) pour leurs travaux fondamentaux sur les bases génétique et moléculaire de la maladie d'Alzheimer. L'Université du Luxembourg exprime quant à elle sa fierté de compter le Pr Michel Goedert parmi les membres de son Conseil de gouvernance depuis sa création en 2003.

Le Brain Prize est doté de 1 000 000 €. Il est remis annuellement à un ou plusieurs chercheurs internationaux en reconnaissance de leur contribution exceptionnelle aux neurosciences.

Les quatre lauréats européens sont les pionniers d'une recherche qui a révolutionné notre compréhension des altérations qui dans le cerveau mènent à la maladie d'Alzheimer et d'autres types de démence semblables. En Europe, environ 10 millions de personnes souffrent de la maladie d'Alzheimer qui avec d'autres maladies neurodégénératives du cerveau âgé sont à l'origine de beaucoup de souffrance pour les patients et leurs familles et représentent un énorme défi pour nos sociétés. Les lauréats du Brain Prize de cette année ont fait des contributions essentielles pour élucider les bases génétiques et moléculaires de la maladie d'Alzheimer qui seront à la base de nouvelles méthodes pour diagnostiquer, traiter et peut-être même prévenir cette maladie et d'autres similaires.

Le professeur luxembourgeois Michel Goedert est chef de programme au Laboratoire de biologie moléculaire du Medical Research Council à Cambridge, en Angleterre, et professeur honoraire de la prestigieuse Université de Cambridge. Ses travaux sur le tissu cérébral humain et celui de souris transgéniques, des cultures de cellules et des protéines purifiées a été à la base de la découverte, accueillie avec beaucoup de scepticisme au départ, de l'importance de la protéine Tau dans le développement de la maladie d'Alzheimer. Quand Tau se comporte de manière anormale, elle s'assemble en filaments et devient insoluble. Un processus pathologique menant la protéine Tau d'une forme soluble à une forme filamenteuse insoluble semble être la cause de la dégénération neurologique. Différents filaments de Tau sont reliés à différentes maladies neurodégénératives autre celle d'Alzheimer, comme la maladie de Pick ou la paralysie supranucléaire progressive. Ses travaux les plus récents ont montré que les amas de filaments Tau peuvent se propager le long des chemins nerveux. « À la fin, peut-être des décennies après ce début de propagation, les premiers symptômes de la maladie peuvent apparaître », déclare le Pr Goedert. « C'est pourquoi en empêchant la propagation on pourrait éventuellement prévenir et traiter la maladie. »

Le Pr Goedert s'est déclaré très honoré – et surpris – de recevoir ce le Brain Prize 2018 et il a souligné l'importance de la recherche sur la maladie d'Alzheimer dans le vaste champ de la neuroscience. « S'il y a actuellement une grande déception concernant l'absence de traitement effectif pour la maladie d'Alzheimer, il semble clair que nous avons besoin d'une compréhension plus détaillée des mécanismes de cette maladie. »

Michel Goedert a fait des études de médecine à l'Université de Bâle et a reçu un doctorat en biologie moléculaire à l'Université de Cambridge en 1984. Depuis lors il a travaillé en tant que directeur de programme au Laboratoire de biologie moléculaire du Medical Research Council de Cambridge. De 2003 à 2016 il y a été directeur de la division de neurobiologie. Il est depuis 2014 professeur honoraire de neurologie moléculaire expérimentale de l'Université de Cambridge. Parmi les nombreux prix qu'il a reçus, notons le MetLife Foundation Award en 1996, le Prix Potamkin en 1998 et le Grand prix européen de recherche de la Fondation pour la recherche sur Alzheimer en France en 2014. Le Pr Goedert est membre de la European Molecular Biology Organization, Fellow de la Royal Society et Fellow de l'Academy of Medical Sciences du Royaume-Uni.

Le Brain Prize donné pour la huitième année consécutive par la Lundbeck Foundation au Danemark. Il s'agit d'un prix personnel qui peut être partagé entre plusieurs chercheurs qui ont démontré leur excellence à travers leur contribution exceptionnelle dans le domaine de la recherche sur le cerveau. La Lundbec Foundation est une des plus grandes fondations industrielles au Danemark avec une valeur de marché de plus de 8 milliards d'euros. Chaque année elle verse environ 70 millions d'euros à la recherche biomédicale basée au Danemark soutenant en particulier la recherche de qualité internationale sur les maladies du cerveau comme une partie de la vision de la fondation qui est d'améliorer la vie à travers la recherche scientifique.

Le président du Conseil de gouvernance de l'Université du Luxembourg, Yves Elsen, souligne l'importance pour l'Université de pouvoir compter sur l'apport de l'expérience de chercheurs luxembourgeois internationalement reconnus comme Michel Goedert, qui guident l'Université du Luxembourg dans ses choix stratégiques. Le recteur de l'Université, Stéphane Pallage, salue également l'attribution de ce prix prestigieux à un chercheur luxembourgeois qui a trouvé le temps, à côté de son énorme contribution scientifique, de s'engager pour l'Université du Luxembourg qui lui est chère. Le Pr Goedert lui-même déclare que son appartenance au Conseil de gouvernance de l'Université est une expérience qui a été et continue à être, à divers titres, très positive pour lui.

Är Commentairen - Netikett


D'Commentairë gi gelueden, ee Moment w.e.g.!
Sollte se net geluede ginn, hutt der wahrscheinlech een AdBlocker lafen, dee se blockéiert. Dir misst en da sou astellen, dass en eisen Site net méi komplett blockéiert.