Romain Schneider wonnert sech iwwer Kritik"Courses-Sorties ginn net ofgeschaf, mä duerch Garden ersat"

Esou d'Reaktioun vum Minister fir d’Sécurité sociale, op déi aktuell Diskussioun am Kontext vun der Reform vun der Fleegeversécherung.

© Pol Arlé / RTL

Déi Gardë wieren entweder op 40 Stonnen d’Woch an engem Foyer verdeelt, mä et géif awer och d'Méiglechkeet vun enger individueller Garde bei de leit doheem. 7 bis 14 Stonne kéinte jee no Besoin vun der Persoun, accordéiert ginn.

De Romain Schneider iwwer d'Fleegeversécherung



De Minister Schneider wäert d’CNS froen, d’Leit heiriwwer z’informéieren, wonnert sech dann och iwwer d'Kritik vum Marc Fischbach, President vun der Copas, um Dënschdeg de Moien op RTL, dee vun enger onglécklecher Decisioun geschwat huet. 2015 hätt d’Copas nämlech an hirem Avis festgehalen, dass ee sech d'Ofschafe vun de Courses-sorties kéint virstellen.

© RTL-Archiv


Keng Course-Sortië méi: Der Copas no "onglécklech Decisioun"

Zënter dem 1. Januar ass dat neit Gesetz iwwer d'Fleegeversécherung a Kraaft. Eng ganz Partie Changementer suergen ëmmer nach fir Opreegung.

RTL NEWS: Temoignage vum Anne Fixmer - Eng Fra wiert sech géint d'Reform vun der Fleegeversécherung

Dass zum Beispill d'Courses-Sortien aus der Lëscht vun de Prestatioune gestrach goufen. Dat heescht, dass eng Persoun iwwer d'Assurance Dependance elo keng Hëllef méi kritt, beim Akafen, oder och nach fir mat op d'Bank: ënnert deenen, déi dës Decisioun net kënne novollzéien, ass d'Copas, d'Federatioun, déi d'Prestatairen aus dem Secteur representéiert.
Hie war schonn als Ombudsmann fir seng kloer Sprooch bekannt – an déi schwätzt en och hei als Chef vun der Copas: dass e Mënsch, deen doheem lieft oder gefleegt gëtt, elo net méi aus dem Haus ka fir Kommissiounen ze maachen, well elo kee vu bausse méi däerf mat em goen, gefält dem Marc Fischbach awer guer net!

Dat Recht kritt een ewechgeholl, seet de President vun der Copas an dofir gëtt et méi Zäit, fir an e Foyer ze goen. 40 Stonnen d'Woch gi vun elo un op d'Assurance Dépendance: schéin a gutt, mä fir de Marc Fischbach ginn hei Äppel a Biere matenee vermëscht, a vu Kompensatioun kéint ee scho guer net schwätzen.
Dass de Leit déi Fräiheet ewechgeholl gëtt, ka kaum eng Fro vu Geld sinn, mengt de Marc Fischbach; déi Responsabel hätten einfach fonnt, dass een d'Course-Sortien net méi bräicht.
Dass kuerzfristeg eppes geännert – also verbessert gëtt, am Gesetz, gleeft hien net. Als President vun der Federatioun, déi hei am Land quasi al d'Prestataire representéiert, schwätzt de Marc Fischbach vun enger onglécklecher Decisioun a bedauert, dass hei net op si, op d'Propose vun den Acteuren um Terrain, gelauschtert gouf.

D'Copas hëlt dat hei elo genee ënnert d'Lupp, an zitt dann de Bilan vum 1. Mount mat där neier Assurance Dépendance.

Un bilan de l’année 2017 très satisfaisant et un programme bien rempli pour 2018 (30.01.2018)

Communiqué par: Ministère de la Sécurité sociale

 

Le ministre de la Sécurité sociale, Romain Schneider, a présenté le 30 janvier 2018 les dossiers prioritaires pour l’année 2018. À cette occasion, le ministre est revenu sur les principaux dossiers de 2017, dont le bilan est très positif.

Assurance dépendance: une réforme majeure du 5e pilier de la sécurité sociale

Le ministre est revenu sur les grandes bases de la réforme de l’assurance dépendance qui est entrée en vigueur le 1er janvier 2018. Celle-ci a apporté des changements fondamentaux au système dans le but de renforcer la qualité par des normes et des critères clairs avec des contrôles adéquats, d’augmenter la flexibilité des prestations de soins pour mieux répondre aux besoins individuels des personnes dépendantes, de simplifier les procédures administratives et d’assurer le financement du système afin que le régime de l’assurance dépendance réponde mieux à l’évolution sociétale.


La mise en œuvre de la réforme est le fruit d’une collaboration étroite entre la Caisse nationale de santé (CNS), l’Administration d’évaluation et de contrôle de l’assurance dépendance (AEC) et la COPAS.

Le ministre a expliqué que les courses-sorties ont été transformées en quarante heures d’activités de garde en groupe qui peuvent être changées en dix heures de garde individuelle, lors desquelles le bénéficiaire peut sortir accompagné par une personne du réseau pour se promener, faire des courses ou participer à diverses activités sociétales.

Ces gardes sont assurées par du personnel qualifié, exerçant des fonctions d’aide socio-familiale. Cet exemple montre la flexibilisation des prestations de soins et l’augmentation du critère de qualité.

Mise en œuvre des conventions collectives de travail: le gouvernement a tenu ses engagements financiers

Avec la signature des conventions collectives de travail pour les secteurs hospitaliers (FHL) et d’aides et de soins (SAS) en octobre 2017, qui ont apporté une revalorisation des carrières de l’ordre de 10%, le ministre a rappelé que le gouvernement a tenu ses promesses en tenant compte de ces revalorisations par le biais des divers instruments (enveloppe budgétaire globale, valeur monétaire, etc.).


Trois réformes majeures en cours

Romain Schneider a aussi mentionné les trois projets de loi qui sont actuellement en cours de discussion respectivement de finalisation au sein de la Chambre des députés:

  • la réforme de la gouvernance de la sécurité sociale (dossier parlementaire no 7004) qui vise à moderniser le cadre de la gouvernance de la sécurité sociale et à mieux définir les missions des différents organes;
  • la réforme des mutuelles (dossier parlementaire no 7058) qui prévoit un cadre légal modernisé et simplifié pour les mutuelles;
  • la réforme des régimes complémentaires de pension (dossier parlementaire no 7119) qui transpose une directive européenne et qui rendra le secteur des pensions complémentaires plus attractif soutenant ainsi le développement économique du pays.

Concernant le Fonds de compensation, le ministre a également souligné les efforts réalisés pour développer une politique d’investissement socialement responsable et soutenable.

Assurance maladie: des améliorations au niveau des prestations

Le ministre est brièvement revenu sur les améliorations retenues par le comité quadripartite le 18 octobre 2017. Celles-ci visent, entre autres, une réduction des dépenses incombant aux familles avec notamment la prise en charge des actes et services des médecins prestés aux enfants et jeunes de moins de 18 ans qui a été portée à 100%

avec effet au 1er janvier 2018.  En outre, et plus globalement, la prise en charge est modernisée pour mieux répondre aux évolutions scientifiques dans les domaines de la sécurité sociale et de la santé.

Financement de quatre appareils IRM

Le ministre a rappelé sa position dans ce dossier qui consiste à réduire considérablement les délais d’attente par l’attribution de quatre appareils supplémentaires. À cette fin, il proposera au gouvernement, lors de la fixation de la prochaine enveloppe budgétaire globale 2019-2020, d’inclure une enveloppe spécifique pour quatre appareils IRM. Cette enveloppe doit être fixée avant le 1er octobre 2018. 


Tiers payant: une réelle plus-value pour les assurés

Le ministre de la Sécurité sociale considère que la généralisation du tiers payant constituerait une réelle plus-value pour les assurés et appelle les acteurs concernés d’être ouverts à la discussion. Le sujet, qui rencontre un vif intérêt auprès des assurés, sera débattu à la Chambre des députés le 26 février 2018 dans le cadre d’une pétition publique.


52 semaines et reprise progressive de travail

Le ministre est revenu ensuite sur l’accord de principe trouvé avec l’UEL et l’OGBL en matière de 52 semaines qui prévoit que le dépassement de la limite des 52 semaines pourra aller jusqu’à 26 semaines. Le dépassement pourra être demandé en cas de fait médical nouveau dûment avéré et documenté, et à l’issue d’une ou de plusieurs pathologies, sur appréciation par le contrôle médical de la sécurité sociale.


Un autre accord de principe avait également été trouvé avec les partenaires sociaux en matière de reprise progressive de travail (actuellement mi-temps thérapeutique) et vise une amélioration substantielle des conditions actuelles.

Les discussions d’ordre technique sont en cours avec les parties prenantes.

Finalement, Romain Schneider a insisté sur le nombre important de réformes réalisées au cours de cette période législative et s’est montré très satisfait des résultats. Il entend poursuivre ses efforts pour finaliser les projets en cours.



Är Commentairen - Netikett


D'Commentairë gi gelueden, ee Moment w.e.g.!
Sollte se net geluede ginn, hutt der wahrscheinlech een AdBlocker lafen, dee se blockéiert. Dir misst en da sou astellen, dass en eisen Site net méi komplett blockéiert.