ArcelorMittal DiddelengBréif vu Schneider a Biancalana un EU-Kommissiounspresident

De Wirtschaftsminister Etienne Schneider an den Diddelenger Buergermeeschter Dan Biancalana adresséiere sech an engem Bréif un d'EU-Kommissioun.

3 Deeg no der Annonce, dass ArcelorMittal am Kader vum Kaf vun de Schmelze vum italieneschen Ilva-Grupp ë.a. de Site Diddeleng misst opginn, hunn de Wirtschaftsminister Etienne Schneider an den Diddelenger Buergermeeschter Dan Biancalana e Méindeg e Bréif un d'EU-Kommissioun geschéckt.

Am Schreiwes un de President Jean-Claude Juncker an un déi zoustänneg Kommissärin Margrethe Vestager gëtt dës Approche vun der Kommissioun kritiséiert. Domat krit Europa eng kompetitiv industriell Basis ewechgeholl, déi de Kontinent awer bräicht, fir ekonomesch ze wuessen an Aarbechtsplazen ze schafen. D'Bréisseler Fuerderung kéint och an deem Sënn schueden, dass de Standuert Diddeleng géif iwwerholl ginn, ouni domat eng sécher Zukunft ze hunn.

PDF: Bréif vum Etienne Schneider an Dan Biancalana un de Jean-Claude Juncker


Donieft huet de Wirtschaftsminister nach dem CSV-Fraktiounschef Claude Wiseler e Bréif geschriwwen, fir dass deen dem Etienne Schneider seng Demarche bei der EU-Kommissioun ënnerstëtzt an och zu Bréissel intervenéiert.

PDF: Bréif vum Etienne Schneider un de Claude Wiseler

Den LCGB huet iwwerdeems gefuerdert, dass eng Stoltripartite zesummekënnt.

Étienne Schneider et Dan Biancalana interviennent auprès de la Commission européenne pour préserver le site de Dudelange au sein du groupe ArcelorMittal (17.04.2018)

Communiqué par: ministère de l’Économie

Dans le cadre du projet d’acquisition des usines du groupe italien Ilva par ArcelorMittal, le Vice-Premier ministre, ministre de l’Économie, Étienne Schneider, et le bourgmestre de la Ville de Dudelange, Dan Biancalana, sont intervenus auprès du président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, et de la commissaire européenne à la Concurrence, Margrethe Verstager, pour dénoncer la position de la Commission qui oblige ArcelorMittal à céder plusieurs usines en Europe, dont notamment le site Dudelange. Dans leur lettre commune datée du 16 avril 2018, Étienne Schneider et Dan Biancalana critiquent cette approche de la Commission qui empêche la préservation d’une base industrielle compétitive en Europe pourtant nécessaire à la croissance économique et la création d’emplois. Il est rappelé qu’une telle base industrielle requiert justement la présence dans l’UE de leaders du marché mondial comme ArcelorMittal.

Le Vice-Premier ministre, ministre de l’Économie, et le bourgmestre de la Ville de Dudelange rappellent que les exigences de la Commission dans le cadre de la transaction ArcelorMittal-Ilva pourraient même nuire au dialogue social au Luxembourg: «Par rapport aux efforts fournis par le Luxembourg dans le cadre du modèle social pour soutenir les entreprises industrielles pendant la crise économique et financière de 2008, il est difficile d’expliquer aux partenaires sociaux, notamment aux syndicats et aux salariés concernés, pourquoi il est nécessaire que le site de Dudelange quitte le groupe ArelorMittal pour le céder à un repreneur inconnu et lui réserver ainsi un avenir incertain.»

Étienne Schneider demande à Claude Wiseler de soutenir sa démarche auprès de la Commission Juncker

Dans un autre courrier, le Vice-Premier ministre, ministre de l’Économie, Étienne Schneider, invite le président du groupe parlementaire CSV, Claude Wiseler, à soutenir sa démarche et à intervenir aussi auprès du président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, dans l’intérêt commun de préserver le site de ArcelorMittal à Dudelange dans le giron du groupe: «Toute procédure de vente ne saurait que conduire ce site vers une période d’incertitude nuisible à la préservation d’une base industrielle traditionnelle au Luxembourg.»



L’avenir du site de Dudelange menacé ! Le LCGB demande la convocation urgente d’une tripartite sidérurgie !  

 
Luxembourg, le 17 avril 2018 – Suite à la procédure de rachat du sidérurgiste ILVA par le groupe ArcelorMittal, l’avenir du site de production luxembourgeois de Dudelange est menacé ! En effet, le géant de l’acier souhaite vendre le site de Dudelange sous prétexte de l’étude de marché effectuée par la Commission Européenne.

Le LCGB s’oppose rigoureusement à cette cession du site de galvanisation tout en remettant sérieusement en question le choix des sites à vendre réalisé par ArcelorMittal.

Au vu d’autres évènements en cours d’intention sur les certains autres sites luxembourgeois, le LCGB a interpellé ce jour par courrier recommandé le Ministre de l’Economie ainsi que le Ministre du Travail afin de demander de toute urgence la tenue d’une tripartite sidérurgie afin de suivre ce dossier scrupuleusement.

Lors de la signature du dernier accord tripartite, le LCGB avait déjà fait part de ses vives inquiétudes concernant l’avenir des sites luxembourgeois. Force est de constater que les inquiétudes du LCGB étaient fondées ! Le LCGB a également demandé conjointement avec ses collègues du syndicat belge CSC une entrevue urgente avec Jean-Claude JUNCKER, Président de la Commission Européenne.

Le LCGB est au-delà en étroite concertation avec les instances syndicales européennes afin de pouvoir sauvegarder les existences et intérêts des salariés concernés.

L’OGBL s’oppose fermement à toute cession du site d’ArcelorMittal à Dudelange

La direction d’ArcelorMittal a annoncé le 13 avril 2018 son intention de se séparer de différents sites de production en Europe. Parmi les pays concernés figure le Luxembourg avec le site de Dudelange.

Pour rappel, ces cessions d’actifs doivent être opérées dans le cadre du rachat du site de production italien d’Ilva par ArcelorMittal. Le règlement européen sur les concentrations d’entreprises empêche en effet un acquéreur de détenir une position dominante sur le marché.

Confrontés au non-sens économique de cette décision, les quelques 300 salariés occupés sur le site de Dudelange se posent un certain nombre de questions quant à leur avenir immédiat et le futur de leur emploi.

 

L’OGBL mettra tout en œuvre pour empêcher cette cession

L’OGBL s’oppose fermement à toute cession du site de Dudelange. Seul syndicat luxembourgeois siégeant de manière permanente au Comité européen restreint du groupe ArcelorMittal, l’OGBL défendra clairement cette position, notamment lors de la réunion de ce comité en date du 17 avril 2018.

L’OGBL salue la position du ministre de l’Economie, qui désapprouve la décision du groupe de céder le site de Dudelange. L’OGBL l’invite dans ce contexte à mandater les représentants de l’Etat luxembourgeois siégeant soit au Conseil d’administration d’ArcelorMittal s.a., soit au Conseil d’ArcelorMittal Luxembourg à voter contre cette décision.

D’ici le 21 mai, date à laquelle la Commission européenne devrait rendre publique sa décision, l’OGBL participera à diverses réunions sur le sujet, organisées par la fédération européenne des syndicats de l’industrie. Des interventions, tant auprès de la Commission qu’auprès de la direction de l’entreprise, sont également programmées. Des actions syndicales transnationales sont en outre en préparation.

Les salariés ne peuvent décidemment par être les éternelles victimes des contradictions et des errances des politiques industrielles européennes.

Communiqué par le syndicat Transformation sur métaux de l’OGBL le 17 avril 2018.

PDF: Pressecommuniqué vum OGBL