"Future Hub"En neie Label fir Lycéeë mat Spezialisatioun an Technologien

De Future Hub ass en neie Label fir Lycéeën, déi sech am Beräich vun den Technologien, virun allem der Informatik, spezialiséieren.

© RTL Radio Lëtzebuerg / Claudia Kollwelter

Déi sougenannte Léierbude vum 21. Joerhonnert, wéi den Educatiounsminister Claude Meisch se um Dënschdeg de Moie bei der Presentatioun genannt huet, wäerten an enger éischter Phas an 3 Schoulen am Land ze fanne sinn. Fir d'Rentrée 2017-2018 am Arts et Métiers an am Lycée Technique zu Esch an 2018 dann och am neie Lycée Edward Steichen zu Klief.

Informatik steet deemno am Mëttelpunkt vun der neier I-Sektioun, sou de Claude Meisch, wou Programmatioun, de ganze Beräich vu Big Data, wou Fintech a Gaming zentral Theme sinn. D'Schoule sollen och déi ganz Bandbreet ofdecke vun deem, wat am Informatik-Beräich ugebuede gëtt: vum DAP, Techniker-Diplom an der Formation Professionelle iwwert d'13e Informatique bis bei de Beräich Life-Long-Learning. Domadder kann een dann och d'Leit, déi schonn am Beruffsliewen aktiv sinn, am informative Beräich weiderbilden.

Extrait Claude Meisch



Déi nei Informatik-Sektioun (I-Sektioun) gëtt an enger éischter Phas exklusiv an den 3 Future-Huben ugebueden. Hei soll de Schwéierpunkt op der Mathematik, de Sciencen an awer och der culture générale leien.

© RTL Radio Lëtzebuerg / Claudia Kollwelter


De Minister huet - wéi gesot - och nach vun de "Léierbude vum 21. Joerhonnert" geschwat.

Future Hub / Reportage Claudia Kollwelter



De Claude Meisch huet bewosst Parallellen zu der Situatioun vu virun 120 Joer hei am Land gezunn. Dunn ass d'Stolindustrie developpéiert an opgebaut ginn. Do si ronderëm d'Schmelze Léierbuden opgaang, wou een déi jonk Leit gutt ausbilde konnt, fir déi Stolindustrie opzebauen a weider z'entwéckelen, kompetitiv an innovativ ze halen.

An 't wier an där Optik, wou een déi ganz Entwécklung an der digitaler Ekonomie hei zu Lëtzebuerg misst gesinn. D'Future-Hube sollen net nëmme Schoule sinn, wou Informatik geléiert gëtt, mä wou och d'pedagogesch Approche ännert. Et wëll ee méi op Projete setzen an d'Schüler solle méi kënnen ënnerhuelen a vernetzt kënnen denken. De Future Hub ass esou net nëmmen eng nei Sektioun, ma et wëll een dorobber kommen, datt d'ganz Schoul an déi Richtung ginn.

Fir déi nei I-Sektioun leien d'Schwéierpunkten nieft den Infos-Coursen op der Mathematik, de Sciencen an der Culture générale. D'Sektioun ass natierlech och méisproocheg, mä mat engem Fokus op der englescher Sprooch, well se am Beräich vun der Informatik an an de Beruffer, respektiv den Universitéiten, wou een dono kann higoen, eng dominant Roll spillt.

An enger éischter Phase, also den éischten 3 Joer, gëtt d'Sektioun exklusiv an de Future Hub'en ugebueden. De Label kënnen awer natierlech och anere Schoulen kréien, déi sech och an déi Richtung wëllen entwéckelen

COMMUNIQUÉ

Un label Future Hub pour les "Léierbuden" du XXIe siècle

Le ministre de l'Éducation nationale, de l'Enfance et de la Jeunesse, Claude Meisch, a présenté le 17 janvier 2017 le label Future Hub, lancé pour valoriser les lycées innovants en matière de nouvelles technologies.

Dans une première phase, trois lycées, en tant que pôles de compétences et de formation régionaux, se verront attribuer le label: le Lycée des Arts et Métiers à Luxembourg (LAM), le Lycée technique d'Esch-sur-Alzette (LTE) et le futur Lycée Edward Steichen à Clervaux (LESC).

Ces trois lycées accueilleront, à côté des formations existantes, une nouvelle section I – Informatique et communication de l'enseignement secondaire.

Le développement de Future Hub se situe dans le cadre de la stratégie Digital(4)Education présentée il y a deux ans avec l'ambition de préparer les jeunes au monde numérique et d'exploiter le potentiel du numérique dans l'enseignement. "La plupart des mesures annoncées ont été réalisées", a annoncé le ministre. Que ce soient les classes équipées de tablettes numériques, les espaces de création ( Makerspaces ), l'élaboration de contenus numériques, mathemaTIC,...

Il s'agit aujourd'hui d'aller plus loin et de former les spécialistes en informatique qui garantiront la place du Grand-Duché au sein de l'économie numérique. Claude Meisch a comparé la situation économique actuelle à l'essor de l'industrie sidérurgique il y a 120 ans. Des centres de formations avaient alors ouvert leurs portes pour former, à tous les niveaux, le personnel des usines. "Nous voulons ouvrir les 'Léierbuden' du XXIe siècle", a annoncé le ministre.

Les Future Hub fonctionneront comme des écoles spécialisées en informatique et en sciences, avec un accent sur la programmation, la gestion de très grandes bases de données (big data), les applications de la technologie financière (FinTech) et le développement de jeux vidéo (gaming). Les formations seront proposées dans les différents ordres d'enseignement, tant secondaire que secondaire technique: diplôme d'aptitude professionnelle (DAP), diplôme de technicien (DT), diplômes de fin d'études secondaires et autres types de certifications.

S'y ajoutera, à partir de la rentrée 2017-2018 à Luxembourg et à Esch-sur-Alzette et à partir de l'ouverture du nouveau lycée à Clervaux en 2018, la nouvelle section I du cycle supérieur de l'enseignement secondaire. Elle sera accessible à tous les élèves qui ont réussi leur classe de 4e de l'enseignement secondaire. Un site internet www.futurehub.lu renseigne sur cette nouvelle offre. Les élèves intéressés peuvent adresser une lettre de motivation à info@futurehub.lu.

Le concept de Future Hub ne touche pas que le type de formation, mais aussi une nouvelle conception de l'école comme lieu de rencontre, de découverte et de contact avec les technologies modernes, où passionner les jeunes pour les sciences, les technologies et l'informatique. Une approche pédagogique innovante, basée sur la gestion de projets mêlant plusieurs disciplines, accompagnera cette dynamique. La langue anglaise, dominante dans le secteur des technologies de l'information et de la communication, aura un rôle important dans le cursus.

Les écoles Future Hub seront aussi ouvertes au monde de l'entreprise et à l'innovation. Le ministre appelle à s'inspirer de la créativité, de la force d'innovation et de l'esprit d'entreprise des start-ups.

Si la section I ne sera ouverte que dans trois établissements au départ, les autres lycées seront libres de diversifier les sections existantes au regard des nouvelles technologies en y injectant plus d'informatique. La loi leur accordant cette autonomie devrait entrer vigueur à la rentrée 2017-2018.