Am neie Lëtzebuerger LandAu bénéfice de l’humanité et des extraterrestres

L’agence spatiale, annoncée en avril par le ministre de l’Économie, Etienne Schneider (LSAP), commencera en version «light».

Car il s’avère que les ambitions extra-planétaires sont freinées par des considérations très terre-à-terre, comme les portefeuilles ministériels, jalousement gardés. Pour faire du sens, le département télécommunications – et avec lui, SES – du ministère d’État devrait s’intégrer dans cette structure, estime Etienne Schneider face au Land. Mais, ajoute-t-il, pour une telle redistribution des compétences, il faudrait attendre les prochaines négociations de coalition. La future agence devrait être hébergée dans le pavillon pour Dubaï 2020, une fois l’exposition universelle terminée. Etienne Schneider voudrait que ce pavillon soit reconstruit au centre, lisez à Luxembourg-Ville, et entouré d’une zone dédiée, comprenant également un incubateur de start-ups. Le tout donnerait une visibilité augmentée aux ambitions spatiales du Luxembourg. «Deux, trois hectares seraient nécessaires.» 

Dat neit Lëtzebuerger Land ass vun en Donneschdeg Freideg, dem 27. Oktober un am Kiosk.