VIDEO: Welt-Aids-DagNeien HIV-Aktiounsplang am Regierungsrot ugeholl

Viru 35 Joer goufen déi éischt Aids-Infektioune public gemaach. Zanterhier hu sech ronn 75 Millioune Leit mam Virus infizéiert.

Welt-Aids-Dag (01.12.2017)
Eng 1.200 Leit sinn aktuell zu Lëtzebuerg mam HI-Virus infizéiert. Eng Rëtsch Aktioune goufen e Freideg uechtert d'Land organiséiert.
Um Weltaidsdag e Freideg soll nach méi op d'Krankheet opmierksam gemaach ginn. Well d'Präventioun den A an O ass. En traurege Rekord gouf et 2016, wou sech ganzer 98 Persoune mam Virus infizéiert hunn, déi meescht dovunner waren heterosexuell Persounen, bei 21 Persoune war et duerch den intravenösen Drogekonsum.

De Gesondheetsministère kann um Welt-Aids-Dag net genuch ënnersträichen, datt déi eenzeg Konditioun, fir antiretroviral Traitementer kënnen ze kréien, en Aids-Test ass. Um Dag selwer wëll een och géint d'Prejugéë virgoen, well ëmmerhi liewen eng 1.000 Leit, déi Aids hunn, am Grand-Duché.

Am Kapuzinnertheater feiert d'Asbl Stop Aids Now hiren 25. Anniversaire. 25 Joer am Service vun der Lutte géint den HIV, doriwwer diskutéieren dann och d'Sylvie Martin, de Gilbert Pregno, de Marc Angel an den Henri Goedertz.

Welt-Aids-Dag / Reportage Roy Grotz



Am Kader vum Weltaidsdag goufen e Freideg de ganzen Dag iwwer eng ganz Rëtsch Aktiounen uechter d’Land organiséiert. Ënnert anerem am Oekozenter, wou virun allem Jonker iwwert den Aids an déi sexuell iwwerdrobar Infektiounen sensibiliséiert goufen. Fir d’Claudio Pedroso, Educatrice graduée bei der Croix-Rouge, misst sech hei jiddereen ugesprach fillen, well alleguer d'leit, déi Sex hunn, hunn de Risk sech mam HI-Virus ze infizéieren a sollten en Interessi dorunner hunn sech testen ze loossen.

Extrait Claudia Pedrosa


Och op der Stater Gare hat d'Croix-Rouge eng Aktioun, wou eng 1.000 Kondomer un d’Leit verdeelt goufen.     



De Welt-Aids-Dag war och e Freideg an der Emissioun "De Freides-Invité" en Thema. Invité war de Patrick Wengler. Hie weess zënter bal 10 Joer, datt hien HIV-positiv ass. Um Ufank war et e Schock an dono e schwéiere Wee zeréck an d'Liewen.

RTL-NEWS: De Freides-Invité: Patrick Wengler

Dat offiziellt Schreiwes iwwert den neien HIV-Aktiounsplang

Nouveau Plan d’action national VIH 2018-2022 (01.12.2017)

Communiqué par: ministère de la Santé

 

C’est précisément en ce 1er décembre, date de la Journée mondiale de la lutte contre le sida, que le Conseil de gouvernement a marqué son accord avec le nouveau Plan d’action national VIH (2018-2022).

Au Luxembourg, l’infection par le VIH est portée par des facteurs spécifiques inhérents à de nouveaux comportements à risque, à des changements de consommation des drogues, aux flux migratoires et à l’augmentation de la précarisation de certaines populations. Bien que de nombreuses mesures de l’ancien plan VIH soient mises en place, le nombre de nouvelles infections ne cesse d’augmenter face à l’émergence de ces nouveaux défis.

Des mesures innovantes adaptées aux nouvelles situations

Parmi les 98 nouveaux cas d’infection à VIH recensés au Luxembourg en 2016, on compte 73 hommes et 25 femmes. Le mode de contamination principal reste les rapports hétérosexuels (39), suivi par les rapports homo- et bisexuels (32), surtout dans le groupe d’âge des 26 à 35 ans.


D’ailleurs, la proportion de nouveaux cas d’infection VIH parmi les usagers de drogues par voie intraveineuse (UDI) affiche une hausse sensible. Ainsi, de janvier 2013 à décembre 2016, 67 nouveaux cas d'infection par le VIH ont été identifiés pour ce groupe de personnes.

«Il est donc d’autant plus important de redoubler d’efforts en matière de prévention, de prise en charge, et de surveillance de l’infection au VIH au Luxembourg et de développer à travers des plans d’action nationaux des stratégies complémentaires», explique la ministre de la Santé, Lydia Mutsch.

Le plan propose certaines nouvelles mesures innovantes afin de s’adapter à ces nouvelles situations et populations à risques, notamment par:

  • l’élargissement des moyens pour endiguer l’épidémie (dispositif de dépistage mobile MOPUD, projet pilote PrEP, Roundabout Aids – un parcours interactif animé par des pairs – le projet «Safe Tattoo» dans les prisons, l’inclusion des nouveaux médias sociaux et apps de communication dans les efforts de sensibilisation, via les projets DUCK – Drug Checking et pipapo, etc.);
  • l’élargissement des groupes à risque (consommateurs de drogues par voie intraveineuse, milieux récréatifs, homosexuels à pratiques à risque particulier [chemsex, baresex], prisonniers, personnes agées de plus de 45 ans, migrants).

Le plan poursuit une démarche participative permettant au terrain de mieux s’adresser aux populations à risque, sans porter un quelconque jugement par rapport à leur comportement à risque, et en essayant d’agir directement sur leur comportement.

«Il me tient à cœur que le plan poursuive une démarche aussi inclusive que possible, pour qu’on arrive à toucher tous ceux qui sont particulièrement à risque. Car nous devons garantir le droit de tous ceux qui vivent au Luxembourg d’accéder à des services de soins et à des produits sûrs, efficaces, de qualité et abordables, qu’il s’agisse de médicaments, de produits de diagnostic ou de mesures de prévention», souligne Lydia Mutsch.

Le plan s’aligne en outre aux objectifs définis par les Nations unies (ONUSIDA 90-90-90).

Objectifs et mise en œuvre du Plan d’action national VIH 2018-2022

Le premier plan d’action national quinquennal en matière de lutte contre le VIH/sida fut lancé en 2006. Il a été suivi par un deuxième plan d’action qui couvrait la période de 2011 à 2015.


Le présent plan d’action national VIH, piloté par le Comité de surveillance du sida, des hépatites infectieuses et des maladies sexuellement transmissibles, couvrira la période de 2018 à 2022 et constitue le principal instrument de pilotage, de monitoring et d’évaluation dans la lutte contre le VIH. Il poursuit deux objectifs essentiels, à savoir la prévention de la transmission et de la propagation du VIH dans la population générale et parmi les publics les plus exposés ainsi que l’amélioration de la qualité de vie des personnes vivant avec le VIH (PVVIH).

Comme le précise la ministre: «Le Luxembourg doit investir de manière renforcée dans la prévention, ceci ne vaut pas que pour les efforts dans le domaine du sida. L’information et la sensibilisation joueront un rôle clé dans cet axe. Il ne faut pas que les gens oublient que, même si des traitements existent, le VIH peut tuer!»

Ce double objectif s’articule autour de cinq axes stratégiques, à savoir: la prévention, le dépistage, le traitement et la prise en charge psycho-médicosociale des PVVIH, la non-discrimination et l’inclusion, ainsi que la recherche.



Wat wësse mir iwwert "Geschlechtskrankheeten"?
Et ass en Thema iwwert dat wuel déi mannste gären oppe schwätzen: Geschlechtskrankheeten, oder wéi et korrekt heescht: sexuell iwwerdrobar Infektiounen.

Reportage: Wat wësse mir iwwert "Geschlechtskrankheeten"? (29.11.2017)
Et ass en Thema, iwwert dat wuel déi mannste gär oppe schwätzen: Geschlechtskrankheeten oder wéi et korrekt heesche misst: sexuell iwwerdrobar Infektiounen...

... an awer ass et eppes, wat jidderee betrëfft. Laut der WHO hunn déi meescht sexuell aktiv Mënschen op d'mannst eemol am Liewen eng Geschlechtskrankheet. Mä wéi informéiert si mer doriwwer? Wat wësse mer iwwer hir Verbreedung, Iwwerdrobarkeet a méiglech Konsequenzen? A wat si villäicht Weeër, wéi een déi Thematik an eisem Allgemengwësse besser verankere kann?



An awer ass et eppes, wat jidderee betrëfft. Laut der WHO hunn déi meescht sexuell aktiv Mënschen op d'mannst eemol am Liewen eng Geschlechtskrankheet.

Paradox un der Situatioun ass wuel, datt mer an enger Gesellschaft liewen, an där Sex an Erotik iwwerall ze fanne sinn. Ma en Thema, wéi sexuell iwwerdrobar Infektiounen, quasi e groussen Tabu ass. Obwuel dacks geduet gëtt, datt just Homosexueller, Prostituéierter oder Drogesüchteger vun esou Infektioune betraff sinn, weist d'Statistik awer, datt et déi duerchschnëttlech Populatioun ass, déi am meeschten dem Risiko ausgesat ass.

Esou eng Infektioun muss awer och behandelt ginn, well si kann, am schlëmmste Fall, zur Onfruchtbarkeet féieren.



A puncto Informatioun iwwer dës Krankheeten, huet de Lycée Nic Biever zesumme mat der HIV-Hëllef de Projet "Roundabout Aids" lancéiert. Hei ginn d'Schüler vun anere Schüler iwwer d'Gefore vun de Geschlechtskrankheeten opgekläert. Donieft kréien d'Schüler awer och gewisen, wéi a wou ee sech ustieche kann, an eben och net, a wéi ee sech dogéint schütze kann.

Ma net all Persoun, déi vun enger Geschlechtskrankheet betraff ass, weess dat och, well ebe vill Leit sech net drop teste loossen. Experte schätzen, datt d'Donkelziffer bei ville Krankheeten op iwwer 20 Prozent méi héich Leit, wéi déi offiziell Zuelen. Ma och déi Zuele gi schonn ze bedenken, well se eben an de leschte Joren ëmmer weider geklomme sinn.

Fir sech ze schützen ass a bleift awer de wichtegsten Utile de Kondom. Well sinn déi 5 heefegst sexuell iwwerdrobar Infektiounen all duerch Sperma an duerch Vaginalsekret iwwerdrobar, kënne just HIV a Syphilis och nach iwwer Blutt iwwerdroe ginn. Géint verschidde vun den Infektioune kann ee sech dann och nach Impfe loossen.



Déi meescht vun de Krankheete sinn awer ganz einfach mat Antibiotiken ze behandelen. Well awer net all sexuell iwwerdrobar Infektioun no bausse siichtbar ass, gëtt geroden, fir sech präventiv testen ze loossen.

 Hei dat offiziellt Schreiwes:

1er décembre: Journée mondiale de lutte contre le sida 2017 – «Ma santé, mes droits» (30.11.2017)

Communiqué par: ministère de la Santé / ministère des Affaires étrangères et européennes / Direction de la coopération au développement et de l'action humanitaire / HIV Berodung de la Croix-Rouge luxembourgeoise

 

La Journée mondiale de lutte contre le sida, qui est commémorée chaque 1er décembre depuis 1988, invite le monde entier à riposter activement contre la propagation du VIH et à montrer sa solidarité à l'égard des personnes séropositives. Mettre fin à l’épidémie du sida est aujourd’hui bien plus qu’un devoir historique en mémoire de toutes les personnes qui sont mortes de la maladie: cela représente également une occasion unique pour construire les bases d’un monde plus sain, plus juste et plus équitable pour les générations futures.

Faits et chiffres, dans le monde et en Europe 

Depuis la découverte des premiers cas de sida il y a plus de 35 ans, 78 millions de personnes ont été infectées par le VIH, et 35 millions sont décédées de maladies liées au sida. Dès ses débuts en 1996, ONUSIDA a piloté et inspiré les leaderships locaux, nationaux, régionaux et internationaux, et a encouragé l’innovation et les partenariats, pour faire en sorte que le VIH appartienne un jour définitivement au passé.

D’après ONUSIDA, les signes sont encourageants:

  • Depuis 2010, les nouvelles infections par VIH chez les adultes ont diminué d’environ 11%, passant de 1,9 million à 1,7 million en 2016.
  • En 2016, 1 million de personnes sont mortes des suites de maladies liées au sida dans le monde, contre 1,9 million en 2005, et 1,5 million en 2010.
  • Sur les 36,7 millions de personnes qui vivent dans le monde avec le VIH, 20,9 millions (54 %) avaient accès au traitement antirétroviral en juin 2017.

Le Luxembourg soutient la stratégie ambitieuse de l’ONUSIDA dite 90-90-90 qui prévoit une accélération de la lutte contre le VIH/SIDA avec la vision de mettre fin au sida comme épidémie d’ampleur mondiale d’ici 2030. Pour cela, 90% des personnes porteuses du virus doivent être dépistées, 90% parmi celles qui sont testées positives doivent être traitées, et enfin 90% des personnes traitées doivent rester adhérentes au traitement et atteindre une charge virale indétectable. Cette campagne de plaidoyer mondial est parrainée par le Luxembourg depuis le 1er janvier 2015. Marc Angel, président de la commission des Affaires étrangères et de la Coopération au développement à la Chambre des députés, est l’ambassadeur spécial de cette initiative 90-90-90.

La Suède a été le premier pays ayant déclaré avoir atteint ces objectifs.

Cependant, la région européenne de l’OMS est la seule région dans le monde entier où le nombre de nouvelles infections à VIH augmente toujours. Avec plus de 160.000 personnes nouvellement diagnostiquées séropositives, cette tendance s’est confirmée en 2016. Or, la moitié (51%) des diagnostics de VIH rapportés surviennent tardivement, dans un état avancé d'infection.

Les nouvelles données de l’ECDC (European centre for disease prevention and control) montrent que l'Europe doit faire plus d’efforts encore dans sa lutte contre le VIH. Plus de 29.000 nouvelles infections au VIH sont rapportées dans les pays de l'EU/EEA chaque année, et le délai de diagnostic est d’environ trois ans après l'infection, ce qui est beaucoup trop long.

Le secteur de la santé est une des priorités de la Coopération luxembourgeoise, représentant plus de 20% de l’APD bilatérale nette. La Direction de la coopération au développement et de l’action humanitaire, du ministère des Affaires étrangères et européennes s’engage depuis de maintes années dans la lutte contre le VIH/sida et le droit à la santé pour tous.

Afin de donner une réponse cohérente et à long terme à cet objectif global, la Direction de la coopération au développement et de l’action humanitaire a conclu des partenariats avec des agences multilatérales et fonds, notamment l’ONUSIDA, l’OMS et le Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme ainsi que des ONG actives dans ce domaine au Luxembourg et dans les pays en développement.

L’action luxembourgeoise veille à cibler les populations vulnérables et marginales afin que personne ne soit laissé pour compte. Par ailleurs, la Coopération attribue une place particulière à l’égalité des genres, laquelle est intégrée dans toutes les interventions bi- et multilatérales contribuant ainsi à la santé maternelle et infantile.

Au Luxembourg: situation préoccupante auprès des usagers de drogues

En 2016, le nombre de nouveaux cas d’infections au VIH recensés au Luxembourg a atteint un triste record, avec 98 patients, dont 73 hommes et 25 femmes. Ces chiffres ressortent du rapport d’activité 2016 que le Comité de surveillance du sida, des hépatites infectieuses et des maladies sexuellement transmissibles vient de publier.

Le mode de contamination principal reste les rapports hétérosexuels (39), suivi de près par les rapports homos- et bisexuels (32) et l’usage de drogues par voie intraveineuse (21), surtout dans le groupe d’âge des 26-35 ans.

L’augmentation importante du nombre d’infections auprès des usagers de drogues par voie intraveineuse ces dernières années est très préoccupante, d’autant plus que le Luxembourg dispose à ce jour d’une grande diversité d’offres de réduction des risques.

Au-delà des actions de dépistage et des campagnes d’information, il est essentiel de développer des stratégies nouvelles complémentaires dans le cadre de la finalisation du nouveau plan d’action national sida, pour endiguer cette flambée épidémique chez les UDI, marginalisés et en grande précarisation sociale pour la plupart.

«La seule condition pour avoir accès aux traitements antirétroviraux, pour éviter les maladies opportunistes liées au sida, et pour éviter de transmettre le virus, est de faire le test de dépistage!», martèle la ministre de la Santé, Lydia Mutsch.

Elle rappelle également la nécessité de lutter contre les préjugés et la discrimination, dont bon nombre de personnes séropositives sont encore victimes.

Evènements Journée mondiale de lutte contre le sida – 1er décembre 2017

Au Luxembourg, le 1er décembre sera marqué par diverses activités. Ainsi, en début de matinée, une distribution de préservatifs aura lieu à la gare de Luxembourg.

Parallèlement, de jeunes lycéens auront l’occasion de participer à des ateliers d’information, animés par les différents acteurs nationaux experts dans le VIH, tels que le service HIV Berodung de la Croix-Rouge, la Division de la médecine préventive du ministère de la Santé, le Luxembourg Institute of Health, le Service national des maladies infectieuses du Centre hospitalier de Luxembourg, l’ASBL Paticka, et l’ONG Stop Aids Now/Acces. Ces ateliers se dérouleront à partir de 8 h 30 à l’Oekozenter, 6, rue Vauban à Luxembourg.

Le dépistage restant la pierre angulaire de la prévention du VIH, l’Unité Mobile DIMPS (Dispositif d’intervention mobile pour la promotion de la santé sexuelle) sera également présente à la Gare de Luxembourg, de 11 à 15 heures, pour offrir, à toute personne désireuse de le faire, un test de dépistage du VIH, rapide, anonyme et gratuit.

À partir de 16 h 30, l’Oekozenter sera ouvert au public qui pourra découvrir l’exposition «Sida, 35 ans après», ainsi que les différents projets artistiques réalisés dans le cadre du concours «Preventive Art: Demistify Condom». Ces projets, réalisés à l’aide de préservatifs, ont été créés tant par de jeunes lycéens que par des participants adultes. Une remise de prix aura lieu pour les projets primés par le service HIV Berodung de la Croix-Rouge. Enfin, les photos du projet «Red», initié par l’ASBL Paticka, seront également exposées.

En ce 1er décembre, Stop Aids Now/Acces fête aussi ses 25 ans, et invite à sa manifestation au Théâtre des Capucins à Luxembourg.

Afin de donner de la visibilité à l’engagement à long terme, à travers les agences multilatérales, la Direction de la coopération au développement et de l’action humanitaire mettra en place des actions sur les médias sociaux sous le slogan «Ma santé, mes droits».

Liens utiles:
Facebook du ministère de la Santé: https://www.facebook.com/sante.lu
Facebook du ministère des Affaires étrangères et européennes: https://www.facebook.com/MAEE.Luxembourg/
Twitter du ministère de la Santé: https://twitter.com/sante_lu
Twitter du ministère des Affaires étrangères et européennes: https://twitter.com/MFA_Lu
Thème de la campagne 2017 «Ma santé, mes droits»: http://www.un.org/fr/events/aidsday/



Är Commentairen - Netikett


D'Commentairë gi gelueden, ee Moment w.e.g.!
Sollten se net geluede ginn, hutt der wahrscheinlech een AdBlocker laafen, deen se blockéiert. Dir misst en dann sou astellen, dass en eisen Site net méi komplett blockéiert.