Lieserbréif vum Philippe HoffmannConflit socio-économique du 21ème siècle?

Vers la fin de la semaine dernière, les actions de boycottage de certaines organisations syndicales de Lorraine provoquèrent des tensions sévères auprès des usagers-frontaliers. C’est du moins ce que nous ont rapporté les quotidiens régionaux.

Des usagers, des frontaliers français, sans lesquels les systèmes économique et social du Luxembourg s’effondreraient. Ce sont eux, les frontaliers qui furent les principales victimes de ces actions syndicalistes disproportionnées et incompréhensibles, menées sous le prétexte non-motivé que la sécurité n'était pas garantie.

Affirmation non-fondée

Or, il semble que cette affirmation non-fondée, répétée constamment pendant presque trois semaines fut en effet de plus en plus un simple prétexte de ces syndicats. Mais enfin, un prétexte pourquoi ? Un prétexte pour pouvoir démontrer certains sentiments d’insatisfaction par rapport à la situation économique et sociale en France ?

Ces actions font probablement exprimer un certain malaise socio-économique de la région lorraine par rapport au Luxembourg. Une région française systématiquement négligée et oubliée par les responsables politiques de France, faisant ainsi face à un petit et insignifiant pays, appelé Luxembourg, profitant depuis des décennies d’une situation économique glorieuse et de plus en plus diversifiée.

Relation de dépendance malsaine

Une région française dépendant directement et involontairement du marché de l’emploi et des salaires luxembourgeois, à la suite de sa propre situation économique affaiblie. Une région se trouvant dans la plupart des cas dans l’impossibilité à pouvoir mettre à disposition des standards similaires à ses citoyens. Une région se sentant probablement humiliée après s’être rendue compte de cette réalité.

La fin des hauts-fourneaux d’Arcelor-Mittal à Florange - malgré l’opposition ferme des syndicats sidérurgistes en 2012 - peut en effet servir d’exemple dans cette histoire. Depuis, aucune vraie alternative économique pouvant porter ses fruits n’est en vue.

Il s’ensuit que la situation propre de beaucoup de lorrains dépend directement du Luxembourg. Le conflit franco-luxembourgeois ayant résulté de ces actions syndicales têtues démontre probablement ces sentiments de frustration des syndicats à la suite de cette relation de dépendance malsaine entre la région lorraine et le Luxembourg.

Responsabilité des syndicats luxembourgeois

En conséquence, les syndicats luxembourgeois auraient incontestablement dû assumer activement leurs responsabilités. Les syndicats luxembourgeois auraient principalement été contraints à devoir agir en tant que médiateur et utiliser leurs propres moyens de pression pour influencer leurs camarades en Lorraine. Il aurait d’ailleurs indubitablement dépendu de la compétence des organisations syndicales luxembourgeoises de faire appel à leurs amis français de bien vouloir abolir cet usage arbitraire et douteux du droit de retrait. Hélas, il semble que les importants syndicats luxembourgeois aient renoncé à prendre leurs responsabilités.

Rappelons dans ce contexte que les frontaliers français font eux aussi partie de classe salariale luxembourgeoise dont les syndicats nationaux constituent les représentants.

Philippe HOFFMANN

Äre Commentaire


D'Commentairë gi gelueden, ee Moment w.e.g.!
Sollten se net geluede ginn, hutt der wahrscheinlech een AdBlocker laafen, deen se blockéiert. Dir misst en dann sou astellen, dass en eisen Site net méi komplett blockéiert.