Lieserbréif vum Edouard KuttenLe social sous menace en 2017 !?

En ce début de 2017, l’économie mondiale est au centre des préoccupations du monde des financiers et des spéculateurs, car l’on ne sait pas comment elle va réagir à court terme aux incertitudes politiques qui continueront à peser lourd comme la déstabilisation du Moyen Orient, le risque terroriste qui perdure et la nouvelle politique des Etats-Unis sous Trump.

L’Union européenne a en outre déniché, à par le terrorisme, un nouvel adversaire sous la forme des populismes qui dans certains pays ne finissent pas de prendre du poids politique. Or cela est dû en grande partie au fait que l’Union européenne est empêtrée dans une crise migratoire et que sa croissance économique souvent annoncée est plus que molle ce qui fait que les injustices sociales vont en s’accroissant.

La politique de l’Union européenne fut complètement déboussolée par le résultat du référendum Brexit. Une hausse prévisible des taux d’intérêt n’est pas faite pour calmer les esprits, car l’endettement public a pris des proportions faramineuses. Ainsi la France, par exemple, doit-elle rembourser plus de 2 milliards d’euros de dettes aux marchés financiers (cf. Figaro 30.12.2016).

Rendre le modèle social responsable de cet état de choses vire au délire. En France, comme dans d’autres « puissances » de l’Union européenne, le surendettement ne vient pas d’un engagement social démesuré, mais d’une dilapidation du denier public dans l’armement où le renflouement des banques à la dérive, etc.

Mais les « spécialistes économiques » ne voient qu’une issue : Il faut couper les dépenses publiques, c’est-à-dire les pensions, la santé publique doit être soumise à une cure radicale moyennant des coupes dans les dépenses des médicaments et une restructuration de l’hôpital public selon le modèle privé. On reviendra par-là au vieux système d’une médecine de classe.

« Standard & Poor’s » a ainsi mis la France sous pression, la menaçant que dès 2020 le « AA français » pourrait être dévissé à un simple « A » (cf. Figaro 30.12.2016) si elle n’appliquait pas des mesures «d’amaigrissement social ». 

Il est ahurissant de devoir constater que des agences de notation autoproclamées dictent de plus en plus la politique sociale à suivre. Ces agences n’ont jamais critiqué par contre les dépenses extravagantes de l’armement, voire le « parachutisme doré » pratiqué par les grandes multinationales et le système bancaire.

Les syndicats de l’Union européenne en tout cas sont prévenus, 2017 ne sera pas de tout repos. Il ne faudra plus se contenter de sauver seulement les meubles qui sont déjà en grande partie hypothéqués.

Edouard Kutten



Äre Commentaire


D'Commentairë gi gelueden, ee Moment w.e.g.!
Sollten se net geluede ginn, hutt der wahrscheinlech een AdBlocker laafen, deen se blockéiert. Dir misst en dann sou astellen, dass en eisen Site net méi komplett blockéiert.