Lieserbréif vum Edouard Kutten« Préserver la paix religieuse »

En 2011, Elisabeth Sabaditsch-Wolff  fut condamnée en Autriche en première instance et en appel pour « dénigrements de doctrines religieuses » qui au fond se résumaient à un commentaire désinvolte contre Mahomet.

Le 25 octobre 2018, la Cour européenne des droits de l’homme a légitimé par arrêt en Europe le code islamique du blasphème.

Certains se disent surpris par cet arrêt de la CEDH, auraient-ils oublié que le blasphème est toujours resté un délit qui n’a pas disparu des législations européennes ?

En Allemagne, le moteur économique tant vanté de l’Union européenne, le code pénal punit encore de nos jours le blasphème, pouvant même entraîner des peines d’emprisonnement de 3 années.

En Autriche on ne badine pas non plus avec « l’humiliation du dogme religieux ». Le code pénal italien punit toute personne qui « blasphème publiquement par des invectives ou des paroles outrageantes contre la divinité ».

Le code pénal finlandais comprend des dispositions sur « les attentats contre la religion ». Le blasphème en fait partie (cf. Le Soir, 06.11.2018).

Il va sans dire que l’arrêt de la CEDH ne va pas contribuer à promouvoir  la libre pensée, le droit à l’expression, le droit d’opinion. Cet arrêt contraignant pour les 27 pays membres de l’Union européenne est un retour en arrière.

La théocratie à l’âge du numérique, « la paix religieuse » est à ce prix-là !

Edouard Kutten

Är Commentairen - Netikett


D'Commentairë gi gelueden, ee Moment w.e.g.!
Sollte se net geluede ginn, hutt der wahrscheinlech een AdBlocker lafen, dee se blockéiert. Dir misst en da sou astellen, dass en eisen Site net méi komplett blockéiert.