Lieserbréif vum Edouard KuttenLe "bluff final" ?

Voilà que la Commission européenne vient d’annoncer 19 initiatives nouvelles pour l’année à venir. Soit dit que cette commission est en fin de législature l’année prochaine au mois de mai.

Ainsi a-t-on découvert l’enjeu capital que représente l’avenir de l’Afrique pour l’Europe. Il faut une « nouvelle alliance entre l’Afrique et l’Europe », selon Juncker (cf. Le Soir 13.09.2018).

Que de belles paroles, mais en réalité, cette alliance se limite principalement au cadre de la « crise migratoire ». A souligner le renforcement de l’Agence européenne de gardes-côtes, gardes-frontières qui comprendra 10.000 hommes. Ceci est une preuve manifeste que l’Europe a peur et qu’elle se sécurise. La proposition de directive pour organiser à l’échelle de l’Union européenne le renvoi de migrants indésirés, le séjour irrégulier servant de prétexte, va dans ce sens, ainsi que l’extension des compétences du procureur européen aux actes de terrorisme.

Il faut sortir l’Afrique de la misère. Encore ne faut-il pas oublier que quelques ténors de l’Union européenne, dont la France par exemple, ont pratiqué pendant des siècles une politique coloniale pas très louable et que de nos jours encore les « soi-disants » chefs d’Etat africains indépendants sont les sbires de leurs anciens colonisateurs, ce qui permet aux multinationales de continuer à exploiter impunément ce continent.

Bruxelles propose d’investir encore plus dans le secteur privé, le seul apparemment à être capable de reconstruire ce continent meurtri et exploité.

Bref, pour tout un chacun, sachant lire et écrire, il est évident qu’à part les belles paroles de circonstance, rien ne changera dans la « nouvelle alliance Europe-Afrique ». Une élite africaine donnera le change, et pour le reste … !

Edouard Kutten



Är Commentairen - Netikett


D'Commentairë gi gelueden, ee Moment w.e.g.!
Sollte se net geluede ginn, hutt der wahrscheinlech een AdBlocker lafen, dee se blockéiert. Dir misst en da sou astellen, dass en eisen Site net méi komplett blockéiert.