Lieserbréif vum Edouard KuttenEn pleine démesure …

L’enthousiasme général bien médiatisé lors de l’annonce de l’attribution des Jeux Olympiques à Paris en 2024, ainsi que l’arrivée de Neymar au PSG, servit au moins brièvement à détourner des problèmes quotidiens.

Les politiciens sont tous d’accord pour investir dans ces J.O., nouvelle heure de gloire pour la « Grande Nation ».

Par contre, ces mêmes politiciens parlent de politique d’austérité en général et de mesures d’épargne quand il s’agit d’investir par exemple dans le système ferroviaire. En effet, la panne de la gare Montparnasse (lors du week-end du 30 juillet 2017) prouve qu’il ne suffit pas de faire circuler des TGV (trains de prestige) si l’infrastructure ferroviaire mal entretenue ne le permet pas. Or, reconquérir la robustesse du système ferroviaire sur toutes les lignes nécessite des moyens financiers que l’Etat français préfère investir dans du « glamour ». La SNCF n’est pas une exception, dans bon nombre de pays de l’Union européenne on assiste à une privatisation accélérée des chemins de fer. De cette façon l’Etat délègue sa responsabilité.

6,6 milliards d’euros est la somme du budget prévisionnel pour les J.O. en 2024. C’est une affaire de prestige, on ne lésine pas sur les détails financiers. A. Delaigue, professeur d’économie-gestion à l’université de Lille 1 (cf. La Voix du Nord 02.08.2017) rappelle que les J.O. d’été dépassent en moyenne le prévisionnel de 176 %. Pour Paris 2024 on sera donc proche des 18 milliards d’euros. Il faut d’ailleurs remarquer dans ce contexte que le CIO est maître dans l’art de la surenchère des J.O.

Honni soit qui mal y pense, mais c’est une pratique usuelle dans un monde de la démesure dominé par le profit !

Edouard Kutten


Är Commentairen - Netikett


D'Commentairë gi gelueden, ee Moment w.e.g.!
Sollten se net geluede ginn, hutt der wahrscheinlech een AdBlocker laafen, deen se blockéiert. Dir misst en dann sou astellen, dass en eisen Site net méi komplett blockéiert.