Lieserbréif vum Edouard KuttenBévue "catalane"

Le fait que certains commentateurs aient parlé de « méthodes franquistes » quant à l’emploi d’une violence excessive de la part des forces de police espagnole pour empêcher les Catalans de voter le 01.10.2017 pour ou contre leur « indépendance », semble avoir choqué quelques âmes sensibles.

Faire preuve d’une telle violence à l’égard de citoyens qui voulaient seulement se servir du droit de vote pour exprimer leur opinion, un droit élémentaire (dont d’ailleurs dans d’autres pays de l’Union européenne on a fait une obligation civique), n’est pas un fruit du hasard et pas digne d’un pays se disant démocratique.

Féliciter les forces de l’ordre pour leur « fermeté », comme l’a fait Soraya Saenz de Santamaria, vice-présidente du gouvernement espagnol (cf. El País 03.10.2017), est une provocation. El País (03.10.2017) cependant, en connaissance de cause, parla de « brutal represión ». Il ne s’agissait pas d’une bévue simple.

Il est clair que l’esprit franquiste n’a pas disparu. Franco avait tout fait pour. En 1953 il signa le concordat entre l’Espagne et le Vatican. La même année Franco autorisa les Etats-Unis d’Amérique à occuper des bases militaires sur le territoire espagnol, ce qui explique que Trump s’est prononcé contre toute indépendance catalane. En 1969 Franco désigna Juan Carlos pour lui succéder. En 1975, après la mort du « caudillo », Juan Carlos devint enfin le chef de l’Etat.

Mais par-là le franquisme ne fut pas éliminé, il survit dans les méandres de la monarchie constitutionnelle !

Edouard Kutten



Äre Commentaire


D'Commentairë gi gelueden, ee Moment w.e.g.!
Sollten se net geluede ginn, hutt der wahrscheinlech een AdBlocker laafen, deen se blockéiert. Dir misst en dann sou astellen, dass en eisen Site net méi komplett blockéiert.