"D’Rencontres de la Photographie d’Arles" sinn e feste Bestanddeel am Kulturkalenner vun der historescher, südfranséischer Stad Arles.

De 4. Juli war den Optakt vun der 53. Editioun vum renomméierte Fotofestival, deen all Joers zeg Dausende Professioneller, Hobbyfotografen a Fotopassionéierter aus der ganzer Welt unzitt - och aus Lëtzebuerg.

De Grand-Duché hëlt duerch d'Associatioun Lët'z Arles fir d‘fënneft Kéier deel. Dëst Joer mat enger grousser Ausstellung mat Fotoe vum gebiertege Rëmelenger Romain Urhausen an aneren internationale Kënschtler aus senger Zäit.

Am berüümten Espace Van Gogh hat déi Lëtzebuerger Associatioun Lët’z Arles um Mëttwoch den Owend de Vernissage vun der Ausstellung "Romain Urhausen - En son temps". Ee besonnesche  Projet, deen dem Visiteur een Abléck an dat fotografescht Wierk vum Romain Urhausen gëtt, deen als Pionéier vun der Lëtzebuerger Fotografie gëllt.
Fir déi offiziell Ouverture war eng grouss Lëtzebuerger Delegatioun zu Arles. Ënnert anerem d'Ierfgroussherzoglech Koppel mat hirem Bouf dem Prënz Charles, de Premier Xavier Bettel mat sengem Mann Gauthier Destaney an d'Kulturministesch Sam Tanson.Déi dëst Joer méi klassesch Ausstellung war konzipéiert fir Biller vun engem renomméierten Lëtzebuerger Fotograf ze weisen, deen nach lieft. Leider war den Romain Urhausen zejoert gestuerwen. D'Ouverture dës Woch war deemno ouni de Protagonist. D'Presidentin vu Lët'z Arles Florence Reckinger-Taddeï.

Extrait Florence Reckinger-Taddeï

"Mir hätten dat gär mam liewege Romain Urhausen gemaach. Mä hie war immens geéiert an hien hat d'Choixe vum Curateur Paul di Felice validéiert. Hien huet sech och immens gefreet. Ech mengen hie war 49 Mol um Festival hei zu Arles. Déi éischt Echoe sinn och immens emouvant fir eis all, virop seng Famill natierlech."Virun allem an de Joren tëscht 1950 an 1970 war de villsäitege Romain Urhausen ee vun den innovatiivste Fotografen am Land. Och an Däitschland a Frankräich huet hie vill geknipst. Aus deem grousse Repertoire huet de Curateur vun der Ausstellung zu Arles Paul di Felice eng Selektioun gemaach. Der Kulturministesch Sam Tanson no lount et sech bis an d'Camargue ze kommen, fir Lëtzebuerger Konscht ze weisen. Stéchwuert "nation branding".

Extrait Sam Tanson

"Dat ass vläicht e Begrëff, deen heiansdo bësse verruff gëtt. Ech fannen awer, dass et wierklech wichteg ass, sech ze positionéieren als Land. Mir hunn eng räich Kulturgeschicht a vill Acteuren. Et ass wichteg, dass mir déi no baussen droen. Fir d'Land, mä och fir d'Kënschtler ass et extrem wichteg. Lët'z Arles ass elo zanter e puer Joer hei present. Dat bréngt mat sech, dass eng ganz Rei vu Fotografinnen a Fotografen eng Visibilitéit hei kruten iwwer d'Joren."An zum Beispill Kontakter fir nei Projeten a Kollaboratiounen knäppen kënnen. Op de Romain Urhausen trëfft dat net zou. Allerdéngs éiert dës Expo säin impressionant Wierk, fënnt och d'Sam Tanson.D'Ausstellung "Romain Urhausen – En son temps" kann een de ganze Summer iwwer kucke goen. De Festival "Les Rencontres d‘Arles" geet nach bis de 25. September. Wie keng Zäit fënnt, a Südfrankräich ze fueren, dee kann aktuell vergréissert Fotoe vum Artist am Märeler Park gesinn a vu Mëtt Oktober un op der Stater Gare. D'nächst Joer ass eng Expo mat Wierker vum Romain Urhausen an der Galerie Schlassgoart zu Esch.

Offiziellt Schreiwes

La photographie de Romain Urhausen aux Rencontres d'Arles (06.07.2022)

Communiqué par : ministère de la Culture

 

Mercredi 6 juillet, la ministre de la Culture, Sam Tanson, a assisté au vernissage de l’exposition Romain Urhausen, en son temps, dédiée à un pionnier de la photographie luxembourgeoise et intégrée à la programmation officielle des Rencontres de la photographie d'Arles.

Le vernissage s’est déroulé en présence d’une importante délégation officielle luxembourgeoise, composée de LL.AA.RR. le Grand-Duc héritier et la Grande-Duchesse héritière, de Xavier Bettel, Premier ministre, ministre d’État, de Sam Tanson, ministre de la Culture, de Martine Schommer, ambassadrice du Luxembourg en France, ainsi que de Patrick de Carolis, maire d’Arles, de Christoph Wiesner, directeur des Rencontres d’Arles, et de nombreux partenaires luxembourgeois et invité/es internationaux du monde de l’art.

L‘initiative d‘une présence luxembourgeoise à cette plus grande manifestation dédiée à la photographie en France remonte à 2017, lorsque l’association Lët’z Arles a pour la première fois établi une relation avec les Rencontres. Après quatre éditions consacrées à la photographie contemporaine, Lëtz’Arles présente cette année pour la première fois une exposition patrimoniale et prend pour cela quartier à l‘Espace Van Gogh. Le commissaire de l‘exposition, Paul di Felice, assisté de Krystyna Dul et accompagné dans la coordination par Florence Reckinger-Taddeï (présidente de Lëtz’Arles) et Cécilia Zunt-Radot, a pu puiser dans plusieurs fonds, dont celui du Centre national de l‘audiovisuel, pour sélectionner une centaine de photos de Romain Urhausen et une cinquantaine de photographies de ses pairs, tant Français qu’Allemands. Structuré par thèmes, le parcours de photos des années 1950 à 1970 montre ainsi comment l’artiste a exploré tant les sujets de la photographie humaniste française et que ceux de la photographie subjective allemande.

Lors du vernissage, auquel à assisté la veuve de l‘artiste Thilly Urhausen-Jung, le maire d‘Arles, Patrick de Carolis, a salué le Luxembourg comme un «pays riche en photographie» et l‘exposition consacrée à Romain Urhausen comme «un temps fort de cette édition des Rencontres photographiques». Le Premier ministre Xavier Bettel a souligné l‘importance de la photographie comme «témoin d‘une époque» et la ministre de la Culture s‘est enthousiasmée pour «l‘œuvre sublime de cet artiste fabuleux et touche-à-tout». Le directeur des Rencontres d‘Arles, Christoph Wiesner, pour sa part s‘est remémoré à quel point il avait été subjugué non seulement par l‘artiste, mais aussi l‘homme charmant Romain Urhausen, dans lequel il voit un bâtisseur de ponts «entre la France et l‘Allemagne, entre la photo humaniste et la photo expérimentale». Avant d’être directeur des Rencontres, Christoph Wiesner fut membre du jury qui a sélectionné Romain Urhausen pour la présence luxembourgeoise en 2022. Le photographe né en 1930 à Rumelange, grand fervent des Rencontres auxquelles il assista chaque année, s‘était beaucoup réjoui de pouvoir y montrer son travail, rappela Florence Reckinger-Taddeï dans son discours. Ayant activement participé à sa conception avec Paul di Felice, il est décédé en été 2021.

Installée dans un lieu incontournable au cœur du centre historique arlésien, et inscrite d’emblée dans le parcours des visiteurs estivaux l‘exposition Romain Urhausenen son temps a bénéficié d’une réception élogieuse de la part des très nombreux visiteurs dès l’ouverture ce lundi. Elle est à découvrir jusqu’au 25 septembre 2022 dans le cadre de la 53e édition des Rencontres de la photographie d'Arles. Un grand tirage de Romain Urhausen est également visible tout à l’été à la gare de Marseille-Saint-Charles grâce au partenariat des Rencontres d’Arles avec SNCF Gares et Connexions. Un ouvrage dédié, première monographie en français sur l’artiste, a été édité par la maison d’édition historique française Delpire & co.

Divers échos au Luxembourg rendent également un hommage sensible à cet artiste polymorphe, notamment avec des expositions accessibles à tous: au parc de Merl cet été, en collaboration avec la Ville de Luxembourg, puis à la gare de Luxembourg à l’automne et enfin l’année prochaine à la Galerie Schlassgoart. Une série limitée de timbres à l’effigie de ses photographies a également été éditée par POST Luxembourg.

L‘association sans but lucratif Lëtz‘Arles bénéficie d‘une convention avec le ministère de la Culture.

 

Liens utiles:
https://letzarles.lu/edition/2022
https://www.rencontres-arles.com/