D'professionell Artisten an d'Intermittents du spectacle kënne vum Staat finanziell gehollef kréien, wa bei hinne mol net sou vill Aktivitéit ass.

De Regime vun den Aidë gëtt lo adaptéiert. D'Zil ass ënner anerem eng Verbesserung vun den Aarbechtskonditiounen an d'Promotioun vun der Professionaliséierung. Déi gréng Kulturministesch Sam Tanson huet d'Changementer en Dënschdeg de Moie presentéiert.

Fir erauszefannen, wou de Schong dréckt, gouf am Secteur de Bols gefillt. Ënnert professionelle fräischaffenden Artiste versteet een ënnert anerem Leit, déi visuell Konscht maachen. Op den éischten November goufen et 84 Beneficiairen.
Fir si ännere lo verschidden Admissiounskonditiounen, fir de Statut vum Artist ze kréien: Mir proposéieren eng Reduktioun vun der Referenzperiod vun 3 op 2 Joer. Fir déi mat Unisdiplom fält dës ganz ewech.

Da ginn och d'Montanten adaptéiert an no uewen ugepasst. Et gi maximal 2.708 Euro pro Mount ausbezuelt, mat engem Plaffong fir de Gesamt-Revenu vun 1,5 Mol de Mindestloun. Pro Joer si maximal 16.250 € un Hëllefe méiglech.

Bis op annerhallef Mol de Mindestloun ka completéiert ginn. De Montant vun der Indemnité kann net de Mindestloun depasséieren. Als annuelle Limitt gëllt 6 Mol de Mindestloun.

De Statut vun den Intermittents du spectacle ass ënner anerem fir Leit aus dem Beräich Film, Theater oder Musek geduecht. Hei goufen et op den éischten November 203 Beneficiairen. Wat ënnert anerem ännert, ass, datt och eng Rei Aktivitéite ronderëm de Spektakel elo consideréiert ginn.

Zum Beispill e Booker, fir eben eng méi grouss Professionaliséierung vun der zäitgenëssescher Musekszeen kënnen ze garantéieren.

Den Aarbechtscarnet gëtt digital, och dat ass nei.

Fir béid Statute gëllt: D'Karriärë vu Leit iwwer 50 gi valoriséiert a fir Jonker, déi zum Beispill vun der Uni kommen, gëtt eng Bourse de relève geschaaft.

Dernieft ginn am neie Gesetz eng Rei Terminologie reformuléiert, fir negativ Konnotatiounen z'evitéieren, sou gëtt zum Beispill net méi vu soziale Mesurë geschwat.

Fir d'Adaptatioune si Méikäschte vun 278.000 Euro virgesinn. Am Ganze stinn 3 Milliounen Euro am Budget.

Fannt hei déi komplett Presentatioun vum neie Projet de loi.

De Communiqué

Présentation du projet de loi sur les mesures sociales pour les artistes et intermittents du spectacle (23.11.2021)
Communiqué par : Ministère de la Culture

En date du 23 novembre 2021, la ministre de la Culture, Sam Tanson a présenté le projet de loi portant modification de la loi modifiée du 19 décembre 2014 relative 1) aux mesures sociales au bénéfice des artistes professionnels indépendants et des intermittents du spectacle 2) à la promotion de la création artistique.

La pandémie de la COVID-19 et les confinements successifs ont prouvé que la culture tient une place essentielle au sein de notre société, car elle est à la fois un vecteur de dialogue entre citoyens et un moyen de réflexion sur la condition humaine dans une société contemporaine face à de nombreux défis. Il est donc primordial de fournir un cadre et des aides aux artistes professionnels qui font vivre le secteur culturel et souhaitent vivre de leur art. Au vu de l'évolution du secteur culturel ces dernières années, certaines dispositions de la loi modifiée du 19 décembre 2014 relative aux mesures sociales au bénéfice des artistes professionnels indépendants et des intermittents du spectacle et à la promotion de la création artistique ne sont plus adaptés à la situation à laquelle font face les artistes et intermittents.

La ministre a souligné qu'«il s'agit d'améliorer les conditions de travail des artistes professionnels et des intermittents au Grand-Duché de Luxembourg et de soutenir ainsi la création artistique. Nous souhaitons promouvoir la professionnalisation de la scène culturelle avec ce projet de loi, nous voulons également adapter le régime légal aux conditions de travail sur le terrain et de simplifier les démarches administratives.»

Parmi les principales modifications s'appliquant aux artistes professionnels indépendants, on retiendra la réduction d'un an, voire la dispense (pour les diplômés universitaires) de la période de référence précédant la demande. S'y ajoutera la prise en compte du revenu moyen des deux années précédant la demande, ainsi qu'une augmentation de la période du bénéfice des aides jusqu'à 24 mois pour les premières et deuxièmes demandes, et jusqu'à 36 mois à partir de la troisième demande. Les montants des aides mensuelles seront finalement revus à la hausse: l'indemnité mensuelle pourra dès lors parfaire les revenus mensuels du bénéficiaire jusqu'à concurrence de 1,5 fois le salaire social minimum pour travailleurs qualifiés (SSM-TQ) (contre 1 fois actuellement). Le montant de l'indemnité quant à lui, ne pourra dépasser le SSM-TQ (contre 0,5 fois le SSM-TQ actuellement). Les indemnités seront finalement plafonnés à 6 fois le SSM-TQ.

Pour les intermittents du spectacle, le champ d'application sera élargi, de sorte à englober davantage de métiers et d'activités (telles que des formations et des activités pédagogiques) s'articulant autour du spectacle vivant. La possibilité d'une suspension de la période d'admission au bénéfice des aides (en cas de maladie, congé de maternité, congé parental etc.) sera introduite et les incompatibilités avec le régime d'aides, dont notamment les activités professionnelles accessoires sont regroupées et clarifiées dans le projet de loi. Un carnet de travail numérique remplacera finalement la version papier du document afin de simplifier davantage les démarches administratives à remplir par les requérants.

Le projet de loi présenté est le fruit d'un dialogue entre les différents représentants de la scène artistique et culturelle, lancé fin 2019 par une consultation publique qui avait pour objectif d'instruire les réflexions sur l'utilité d'adapter la loi susmentionnée. La réforme de la loi fait d'ailleurs l'objet de la recommandation 23 du Kulturentwécklungsplang 2018-2028 (KEP), celle-ci porte sur la nécessité de prendre en compte l'évolution des besoins des artistes et intermittents et d'adapter la loi pour mieux correspondre aux conditions de vie.