Nom Theater an der klassescher Musek ass eng Bestandsopnam vum Konscht-Secteur hei zu Lëtzebuerg gemaach ginn.

Am Kader vum Kulturentwécklungsplang sollen esou an de verschidde Kultur-Secteure Problemer, Themen an Entwécklungen ugeschwat ginn, déi op d’Besoine vun de Beruffer aginn.

Wéi steet et ëm d’visuell Konscht hei zu Lëtzebuerg? Wéi gesäit de Konschtmilieu haut aus? A wéi lieft et sech als Kënschtler hei am Land? Vill Froen, déi op de Kultur-Assisen diskutéiert gi sinn. Ee vun de konkreten Usätz war d’Rémunératioun vun de Kënschtler.

"Dass si eng fair a just Remuneratioun kréien, ass immens wichteg an dofir hu mir och elo déi Diskussioun ugestouss iwwert de Code de Deontologie, dee mir elo iwwert e Joer ausgeschafft hunn, wou dat ee vun de Prinzippien ass. An dass mir och zesummen driwwer diskutéiere mat den eenzelen Haiser. Wann dann zum Beispill eng Ausstellung mat engem Artiste gemaach gëtt, wat do d’Remuneratioune ronderëm sinn, och par Rapport zur Preparatioun an der Ausstellung." Sam Tanson – Kulturministesch.

Ee vun de Probleemer ass, datt et weder offiziell Tariffer hei am Land ginn nach Richtlinnen, un déi sech d’Kultur-Institutiounen an d’Artisten orientéiere kënnen.

«Mir hunn all plus minus dee selwechte Beruff an alles, wat mir wëllen ass uerdentlech bezuelt ze ginn. Heiansdo kritt een ze héieren, wéi laang ee schonn u verschidde Kontrakter a Remuneratioune geschafft huet, mee et geet drëm, dat all zesummen ze maachen, fir datt mir all eng méi positiv Situatioun kréien a besser kënne bezuelt gi wie den Ament, well grad ass et fir jidderee problematesch.»  Julie Wagener – Kënschtlerin

"Vill Kënschtler verbrénge méi Zäit virum Computer wéi am Atelier", dat sot d’Justine Blau d’Co-Presidentin vun der Associatioun vun de Lëtzebuerger Artisten.

Vill administrativ Demarchë mussen deemno vum Kënschtler gemaach ginn an oft géing ee méi Zäit domat verbrénge Formulairen, Apel à Projeten, a villes méi auszefëllen, woubäi d’Recherchë fir seng eegen Aarbecht op der Streck bleiwen. Kultur LX ass eng nei gegrënnte Struktur, déi ënner anerem d'Roll vum Kultur-Rot iwwerhëlt, mee awer och konkret Aarbechten um Fundament vun de verschidde Beräicher mécht.

"Mir mierken einfach, datt mir gebraucht ginn a vill fir Conseilen a Meenunge gefrot ginn an datt mir do nach vill Aarbecht kënne maachen. E weidere Punkt ass d’Professionalisatioun, wat eis och immens wichteg ass. Mir wëssen, mir musse staark Basissen hei am Land schafen, fir datt och d’Artisten an de Secteur am Generellen sech kann am Ausland promouvéieren. Dat sinn di éischt Punkten, wou mir konkret usetzen.»  Diane Tobes – Coordinatrice Kultur:LX

Am Resumé vun de Kulturassisen ass vill iwwert di institutionell Prozesser geschwat ginn, d’Erausfuerderungen de Publikum ze erreechen an ze behalen, d’Carrièrë vun den Artisten nohalteg opbauen, déi héich Liewenskäschten hei zu Lëtzebuerg an d’Iwwerproduktioun vum ganze Kultursecteur. Et gi vill Méiglechkeeten a Plaze fir d’Artisten hei zu Lëtzebuerg, ma trotzdeem ass et e Secteur mat ville Chantieren.

Hei dat offiziellt Schreiwes:

Coup de projecteur sur le secteur des arts visuels lors des Assises sectorielles au Mudam Luxembourg - Musée d'Art Moderne Grand-Duc Jean

Communiqué par : ministère de la Culture

À l'occasion de ces assises sectorielles des arts visuels, l'état des lieux réalisé par Vincent Crapon a été présenté.
Ce mardi 28 juin 2022, la ministre de la Culture, Sam Tanson, a invité aux Assises sectorielles dédiées aux arts visuels au Mudam Luxembourg. Lors de cette manifestation, l'état des lieux sur le secteur des arts visuels, commandé par le ministère de la Culture et réalisé par Vincent Crapon a été présenté au public. Les états des lieux sectoriels correspondent à la recommandation n° 6 du Kulturentwécklungsplang 2008-2018 (KEP) "établir un état des lieux précis et complet du secteur artistique et culturel luxembourgeois". Ces états des lieux font office de boussole pour guider et inspirer la politique culturelle future en se basant sur des éléments factuels et la réalité du terrain. Trois inventaires sectoriels ont déjà été présentés au public en 2021, dont l'état des lieux sur le secteur du théâtre qui est disponible sur le site du KEP sous forme d'un ebook depuis avril 2022.

Lors de deux tables rondes, les invité/es ont discuté entre autres sur les évolutions récentes et futures du secteur ainsi que sur le cadre professionnel et la rémunération des artistes dans le secteur des arts visuels. Sous la modération de Tonia Raus (Université du Luxembourg), les invité/es Théid Johanns, co-fondateur du collectif Cueva, le directeur artistique de la Konschthal Christian Mosar, la galeriste Julie Reuter et la nouvelle directrice du Mudam Luxembourg Bettina Steinbrügge ont échangé sur l'écosystème artistique et ses évolutions au fil du temps. Le cadre professionnel et la rémunération des artistes furent les objets de discussion de la deuxième table-ronde, réunissant Justine Blau, artiste et co-présidente de l'AAPL (Association des artistes plasticiens du Luxembourg), Kevin Muhlen directeur du Casino Luxembourg, Claudia Passeri, artiste indépendante et le galeriste Alex Reding.
Les échanges animés et les débats intéressants, aussi bien entre les invité/es sur scène qu'avec le public ont souligné le grand intérêt et l'importance du secteur pour la scène culturelle au sens large, un secteur qui a trouvé son public, mais qui cherche à s'ouvrir et à se développer davantage, en répondant aussi bien aux besoins des artistes qu'aux besoins d'un public de plus en plus divers.

Pendant son discours, la ministre de la Culture a souligné que l'échange avec le secteur et la collaboration avec les acteurs du terrain sont des éléments indispensables afin de mettre en place une politique de soutien réellement cohérente. Les assises sectorielles et les états des lieux sectoriels permettent de connaître l'état et les besoins actuels de chaque secteur. La professionnalisation du secteur des arts visuels est un élément important de cette politique culturelle et doit se faire en concertation avec tous les acteurs du terrain. Il est évident que sans une rémunération juste et équitable, telle qu'elle est recommandée dans la charte de déontologie pour les structures culturelles, l'artiste ne peut pas exercer son métier et l'écosystème tout entier se trouve fragilisé.

Tout comme pour les états des lieux précédents, les échanges menés lors de cette matinée seront intégrés dans la version finale de l'état des lieux, qui sera publié à une date ultérieure.

Sous le titre « Tour de table », une performance vidéo et lecture autour de l'image de la table ronde a été performée par Marie Capesius entre les deux discussions thématiques.