Et ass en Uerteel, dat an eiser Kulturwelt nawell fir Opregung suergt.

De Produzent Juliette Films SA huet um Geriicht géint dem Fausti säi Lidder-Auteur Jang Linster verluer. Et geet ëm 5 Lidder, déi am Film Faustino gespillt gi sinn. Juliette Films hat duerfir net den Accord vum Auteur Jang Linster a muss d' DVD vum Film elo aus de Points de vente zeréckzéien. Klengen Himpchen, Schwabbel Rock, Moss am Bic, vache gelifft a Koffit to go – dorëms geet et. An iwwer déi 5 Lidder, déi elo am Andy Bausch sengem Fausti-Film dra sinn, gouf et KEEN ënnerschriwwene Kontrakt mam Jang Linster an dowéinst hätte se net dierften dra sinn am Film. Dem Jang Linster säin Affekot Thierry Reisch beschreift d'Konsequenzen. De Film misst aus dem Verkaf zréckgezu ginn.

AUDIO: Linster vs Juliette Films/Reportage Nico Graf

Dat sinn déi direkt Konsequenzen. Mä do gëtt et jo nach dat Wesentlecht: Dat Uerteel huet Jurisprudenz-Charakter. Den Auteur vun de Lidder hätt ee Recht op seng Wierker. Dat dierft d'Leit dorobber opmierksam maachen, datt een net einfach kann ouni Erlaabnis Lidder benotzen. Et misst een eppes bezuelen, am anere Fall misst ee säi Contenu zréckzéien.

Well et gouf eben näischt Schrëftleches.

Bei Juliette Films héiert sech dat liicht anescht un. Et wier verhandelt ginn, ouni, gebongt, schrëftlechen Accord. An engem éischte Cut vum Film wieren d' Lidder net dra gewierscht, an der kommerzialiséierter Fassung awer dach. An dat wier eben e Fehler gewierscht, seet de Produzent Paul Thiltges. Et géif een net an Appel goen. Dat wier wierklech net der Wäert, et wier lächerlech, wat hei géif geschéien. Den Uerder, fir DVDen aus dem Verkéier ze zéien, ass schonn eraus.

Juliette Films hat dem Jang Linster 5.000 Euro fir seng Lidder-Rechter ugebueden. Juliette Films huet 300.000 Euro vum Filmfong kritt. De Jang Linster wollt dovunner 50.000 fir déi 5 Lidder.

An engem éischte Schrack; am zweete Schrack ware se awer dran am Film – an eis Kulturwelt hat en Droit d'auteurs-Prozess – sur Fond de Fric et de Filmfong.

Communiqué

La société JULIETTE FILMS a pris acte du jugement rendu en date du 16 mars dans l’affaire des droits musicaux du film « Faustino-One Man Show » qui l’oppose à Jang LINSTER et a décidé d’accepter cette décision et par conséquent de procéder au retrait immédiat du DVD du film auprès des différents points de vente.

Dans sa décision, le juge qui n’a pas considéré que JULIETTE FILMS était de mauvaise foi, mais s’est borné à constater que l’écrit obligatoire en matière de cession et de transmission de droits résultant d’une œuvre protégée faisait défaut en l’espèce.

Le tribunal a ainsi considéré que « Dans ces conditions, il n’y a pas lieu d’examiner plus avant le contenu de l’attestation de Fausti CIMA produite par JULIETTE FILMS ». Cette attestation a la teneur suivante (pour rappel):

« Je soussigné Fausti CIMA, …, déclare par la présente et sur mon honneur que M. Jang LINSTER m’a dit en mars 2015 avant la première du film « Faustino – One man show » qu’il me faisait don des 6 chansons que nous avions demandé de réintégrer dans le montage du film lors de notre réunion chez Me Mario DI STEFANO le 21 janvier 2015 à laquelle nous avions convoqué Andy BAUSCH, le réalisateur et Paul THILTGES (Producteur Juliette Films) et où Me DI STEFANO, Jang LINSTER et moi-même avions trouvé un arrangement pour ce faire.

Il s’agissait des chansons "Klengen Himpchen" (1982), "Moss Am Bic", "Schwabbel Rock" (1982), "Koffi To Go" (2014) “Manila", (RTL Fiesta mam Fausti / CNA) et la chanson à mettre sur le générique final que je souhaitais comme supplémentaire « Vache Glifft ».

Jang LINSTER m’a proposé « à l’occasion de la présentation du film » d’informer le public, qu’il m’avait fait don des 6 chansons citées plus haut : «So de Leit, ech hätt dir déi 6 Lidder geschenkt!». 

Je déclare également que c’est à ma demande et en présence de Jang LINSTER chez l’avocat Mario DI STEFANO que nous avions demandé à Paul THILTGES, producteur du film et Andy BAUSCH, réalisateur, de réintégrer les chansons produites par Jang LINSTER.

Suite à cette réunion, Paul THILTGES a envoyé en date du dimanche 25 janvier un rapport via email et nous a fait parvenir à Jang LINSTER et à moi-même un contrat en bonne et due forme que j’ai signé puisqu’il respectait ce qui avait été convenu le 21 janvier chez Me DI STEFANO… »

La société JULIETTE FILMS ne peut que déplorer l’attitude de Jang LINSTER ayant abouti à l’interdiction de la diffusion de l’excellent film « Faustino – One Man Show », attitude qui préjudicie en premier lieu à Fausti, homme et artiste formidable.

La société JULIETTE FILMS étudie actuellement la possibilité de distribuer et de diffuser par DVD et éventuellement à la télévision le film tel qu’il fut préparé initialement sans les 5 chansons dont Jang LINSTER a écrit les paroles et/ou la musique. »