Les thérapies sont des techniques qui visent à solliciter et mobiliser les ressources mentales.

Elles occupent une place importante dans le traitement de la dépression.

La pleine conscience

La pleine conscience est une pratique qui consiste à entraîner et développer notre capacité d’attention. Il s’agit de prêter attention, sans jugement, à ce qui se passe ici et maintenant, à partir de nos sensations, nos émotions et nos pensées.

La plupart du temps, nous fonctionnons machinalement, sans être pleinement conscient de ce que nous sommes en train de faire ou de l’expérience que nous vivons. C’est ce qui est appelé un fonctionnement en « Pilotage automatique » .

Notre corps fait une chose pendant que nos pensées sont ailleurs. Certaines de ces pensées sont agréables, neutres, tandis que d’autres ne le sont pas du tout…

Le fait de penser nous déconnecte du présent. Etre « séparé de soi-même et du présent » est un des problèmes fondamentaux de notre société occidentale actuelle.

D’une part, la personne fuit dans ses pensées. D’autre part, pour échapper aux émotions négatives (tristesse, vide, ennui, colère), la personne peut utiliser une multitude d’actions qu’elle pense être relaxantes (utilisation massive d’Internet, des réseaux sociaux, de la télévision, abus de nourriture, d’alcool, de travail, d’activités, de sport intensif, …).

Dans un premier temps, ces « remèdes » éloignent les émotions et les sensations désagréables. Mais à long terme, ils ne font qu’augmenter la détresse et peuvent provoquer de nombreux effets secondaires (perte de mémoire, dépendance, problèmes relationnels,…). Ils éloignent encore plus la personne d’elle-même.

Les recherches sur la pleine conscience ont montré qu’une pratique régulière apaise le mental, les émotions et les sensations corporelles. A long terme, elle permet de réduire le stress, l’anxiété, la dépression et nous aide à nous libérer de nos automatismes et conditionnements mentaux et comportementaux.

La pratique de la pleine conscience

La pratique de la pleine conscience se fait en pratique formelle et/ou informelle. Les différents objectifs sont notamment de développer :

  • l’attention,
  • la vigilance,
  • la capacité de présence,
  • la capacité à lâcher prise et à se libérer de ses automatismes.

La pratique informelle 

Consiste à décider de manière consciente de « faire une pause » pendant un moment et de porter son attention sur sa respiration et ses 5 sens.

Par exemple :

  • Dans le bus, le train : s’ entraîner à porter son attention sur sa respiration, les bruits , les paysages,…
  • Au bureau : prendre un instant pour prendre conscience de la lumière, de la couleur des murs, de l’air, du dossier du fauteuil,…
  • Chez soi, savourer une tisane ou une tasse de café, prendre le temps d’en humer le parfum, d’en ressentir la chaleur, d’en observer la couleur, …

La pratique formelle

L’objectif ici est la méditation. Des études scientifiques ont montré que les personnes qui méditent quotidiennement peuvent influencer la structure et le fonctionnement de leur cerveau après 8 semaines d’entrainement quotidien. On enregistre de nombreux effets positifs sur la santé : augmentation de la neuroplasticité, renforcement du système immunitaire, augmentation de la concentration, meilleur équilibre émotionnel, etc.

Il existe des séances hebdomadaires en groupes s’étalant sur 8 semaines (groupe MBSR (mindfulness based stress reduction) selon la méthode de Jon Kabat-Zinn).

Il est préférable de ne pas commencer la méditation ou les séances de pleine conscience en groupes lors d’une dépression aiguë et d’attendre que l’état émotionnel soit plus stable pour se lancer dans une pratique méditative.

Lorsque l’on débute, méditer peut s’avérer, dans un premier temps, un exercice difficile. La mise en pratique doit se faire graduellement. Vous trouverez ci-dessous une série d’exercices adaptés aux différents degrés d’expérience.

Découvrez nos séances de méditation