Zanter enger gudder Woch ass d’Wëssenschaft am gaang, iwwert de Big Bang nei Erkenntnisser ze analyséieren. Dozou huet de Lambert Schlechter sech e puer Gedanke gemaach.

Bei dësen neien Erkenntnesser geet et drëm, wat an der éischter Sekonn, oder méi genau an den éischte milliounste / milliardse Sekonne geschitt ass.

Mä keng Panik — ech sinn net am gaang an een astro-physikaleschen Exposé eranzeklammen. Vun Astro-Physik verstinn ech sou gutt wéi guer näischt.

Mäin Interessi läit anzwousch ganz anescht. Meng Gedanke kreesen, wéi et mer heiansdo virkënnt, ëm Gott an d’Welt.

Oder besser: ëm d’Welt a Gott — well d’Welt war do viru Gott. An doriwwer wéilt ech haut e puer Wuert verléieren…

D’Big Bang Thematik hänkt jo iergendwéi zesumme mat der Gottes-Problematik.

D’Wëssenschaft, déi an de leschte 500 Joer d’Erkenntnesser iwwert den Universum, säin Entstoen a seng Ausmoosse geliwwert huet, bréngt et mat sech, dat haut e Schoulkand vun 13 Joer iwwert e Wësse verfügt, dat och dem gréisste Wëssenschaftler oder Philosoph am ausgehende Mëttelalter net zougänglech wor — an zwar e Wëssen, dat den zäitlechen a raimleche Kader vum Universum op eng onvirstellbar Manéier regelrecht gesprengt huet.

Dat mëttelalterlecht Weltbild vun enger immobiler Äerd mat hire Wolleken iwwert deenen en Himmelspapp getrount huet, gouf an de vergaangene Joerhonnerte systematesch a radikal zerstéiert.

An de Yahwe-Gott, den sech enges Daags, an engem winzege geographesche Raum tëscht Mesopotamien a Mëttelmier manifestéiert hat, honnertdausende vu Joeren nom Entstoe vun der Mënschheet, dësen Yahwe-Gott, deen d’Chrëschte vun de Judde geierft hunn, huet sech spurlos opgeléist am zäitlechen Ofgrond vu 14 Milliarde Joeren an am raimlechen Abîme vun Milliarde mol Milliarde Liichtjoeren. Do ass néierens méi eng Plaz fir e Gottestroun iwwert de Wolleken.

Hien hat sech selwer, deemools, an de sougenannten hellege Schrëften zum Schöpfer vun der Welt deklaréiert — a seng Unhänger hunn him dat e puer Joerhonnerte laang och ofgeholl. Dat war iergendwéi berouegend. An huet och Äntwerte ginn op d’Rätselhaftegkeet vun der Existenz.

D’Wëssenschaft huet wuel des Rätselhaftegkeet kaum méi kleng gemaach, mee si huet mat de schife mythologeschen Äntwerten opgeraumt.

Mat deem, wat mer haut wëssen, wësse mer: An der Geschicht vum Universum a vun der Mënschheet ass dëse Gott nëmmen eng ephemär an accidentell Anekdot.

D'Carte blanche op Franséisch

Depuis une bonne semaine la science est en train d’analyser de nouvelles connaissances sur le Big Bang. Il s’agit de savoir ce qui s’est passé pendant la première seconde, plus précisément pendant les premiers millionièmes / milliardièmes de seconde.

Mais pas de panique, je ne suis pas en train de me lancer dans un exposé d’astrophysique, domaine qui n’est pas le mien.

Mes pensées, comme ça m’arrive de temps en temps, tournent autour de Dieu et de l’univers.

Ou plutôt : autour de l’univers et de Dieu — car l’univers était là avant Dieu. Et ce sera l’objet de ma réflexion.

La thématique de Big Bang a quelque rapport, ce me semble, avec la problématique de Dieu.

Ce que la science, depuis 500 ans, nous a appris sur l’origine et les dimensions de l’univers constitue un savoir qui est aujourd’hui, dans ses grandes lignes, accessible à un écolier de 13 ans — un savoir qui, à la fin du moyen âge, n’était en rien à la portée de quelque philosophe, de quelque savant que ce soit — un savoir qui a littéralement fait exploser le cadre temporel et spatial de l’univers.

L’image médiévale d’une Terre immobile, avec ses nuages au-dessus desquels trônait un Père céleste, a été, pendant ces derniers siècles, détruite de fond en comble.

Et le Dieu Yahvé qui s’était un jour manifesté sur une minuscule parcelle du globe, quelque part entre la Mésopotamie et la Méditerranée, des centaines de milliers d’années après l’apparition de l’humanité, ce Dieu Yahvé que les chrétiens ont hérité du peuple juif, s’est dissous sans traces dans l’abîme temporel de plus de 14 milliards d’années et dans le gouffre spatial de milliards de milliards d’années-lumière. Plus de place nulle part pour un trône céleste au-dessus des nuages.

En son temps, ce Dieu, dans des textes dits sacrés, s’était lui-même déclaré comme le créateur de l’univers — et ses fidèles, pendant des siècles ont cru cela. C‘était rassurant. Cela donnait réponse aux énigmes de l’existence.

Les énigmes de l’existence n’ont guère été diminuées par la science, mais les réponses fantaisistes & mythologiques ont été radicalement démantelées.

Les connaissances dont nous disposons aujourd’hui, nous font irrémédiablement savoir : dans l’histoire de l’univers et de l’humanité, ce Dieu n’est qu’une anecdote éphémère et accidentelle.