Les députés MOSAR et ROTH ont mille fois raison quand ils critiquent le projet de divorce, actuellement en discussion.

ROTH a souligné que c’est une erreur impardonnable que de rayer du Code civil, l’article 299.

J’abonde en son sens.

Cela est en réalité une monstruosité.

Dans les premières années d’un mariage, quand tout baigne dans un optimisme béat, il arrive que l’un des époux apporte en communauté une maison dont il était propriétaire avant mariage ou dont il a hérité en cours d’union.

Ces biens sont des propres par excellence et n’ont ainsi aucune vocation à devenir communs.

Or voilà que, par amour ou pour toute autre raison, le conjoint propriétaire apporte son bien en communauté, ce qui est un sacrifice notable.

Les années passent et peu à peu s’installe l’ennui, l’usure qui ruine pas mal de couples.

Le partenaire gratifié aura un comportement odieux, insultant, humiliant à l’encontre de son conjoint.

L’article 299 voulait alors que le ou la fautive fût privé de l’avantage matrimonial qui lui avait été accordé par convention notariale spéciale.

Désormais, c’en est fini.

L’humilié doit encaisser l’insulte suprême à savoir partager ce qui était son bien propre avec un conjoint qui le déteste et qui, le cas échéant, s’apprête à s’incruster avec son amant ou sa maîtresse dans le bien litigieux.

Du cynisme pur.

L’exception prévue par le projet fait partie de l’irréflexion qui caractérise la plupart des nouvelles dispositions.

C’est l’œuvre d’innocents qui n’ont jamais exercé la difficile profession du droit.

Seuls des ingénus peuvent accoucher de telles bourdes.

***

Autre suprême idiotie concerne le droit de l’enfant de saisir le juge pour manifester son désaccord avec une décision de garde prise en faveur de l’un de ses père ou mère.

L’enfant se voit attribuer un rôle offensif contre l’un ou l’autre de ses parents – les génies qui ont pondu cet œuf pourri ne se sont guère interrogés sur les répugnantes manipulations auxquelles l’enfant se trouvera désormais exposé et aux conséquences terribles que cela  comporte sur le maintien de la paix familiale.

Là encore, seul un demeuré peut approuver une telle innovation qui n’a pas son pareil nulle part en ce monde.