En vous rangeant dans le conflit vénézuélien du côté des Yankees, vous avez démontré une fois de plus, que les Européens sont en servitude absolue vis-à-vis du tuteur américain.
Faut-il rappeler que les U.S.A. ont leurs mains sales dans tous les inouïs conflits qui secouent périodiquement l’Amérique du sud, tantôt pour s’emparer des richesses minières, tantôt des fruits ?

Rappelez-vous le rôle de la United Fruit Company.

Ainsi, ils n’ont rien entrepris contre les salauds argentins qui pouvaient se livrer aux crimes les plus odieux avec leur consentement tacite ; ont soutenu le criminel de droit commun Pinochet après avoir participé à l’assassinat de Allende, ont organisé l’embargo contre le Cuba de Fidel Castro, et maintenant préparent la guerre contre le Venezuela pour mettre la main sur le pétrole si intensément convoité par eux.

Et vous vous ralliez à cette horrible stratégie sans sourciller – toujours avec cette même bonne conscience qu’on vous connaissait à l’époque de la répugnante Condoleezza Rice.

Je vous dirais : Eh bien « merde alors ».

La présente est adressée en copie au Président de la Commission Européenne Mr Juncker et à l’Ambassadeur du Venezuela à Bruxelles.

p. Gaston VOGEL

P.S. : Vous lirez à ce sujet l’excellent article que le Tageblatt vient de publier sous la signature de Mr. Feyder – ancien ambassadeur.