Les tables tournantes et le main-en-main du « bon vieux spiritisme » ne sont plus à la mode. Elles n’ont plus leur place dans la nouvelle « course à l’immortalité » façonnée par les intelligences artificielles et autres outils numériques.

Plus besoin de faire la queue le jour de la résurrection, alors que l’immortalité numérique attend sur les réseaux sociaux. Le testament numérique fait partie de l’offre, ainsi que l’envoi de photos et d’enregistrements audio aux proches via les réseaux sociaux. Telle est la promesse, par exemple, du programme « Dead Social » (cf. Figaro 07.03.2018). Une course à l’immortalité virtuelle qui rapporte gros.

Personne ne paraît inquiété du danger que représente ce genre d’interaction fictive … . L’on vit en pleine « déconnerie virtuelle ».

Edouard Kutten