Excellence Braz,

Avez-vous entendu ce que l’Autorité de Contrôle du Pouvoir, dont vous êtes Ministre, a reconnu formellement ce matin et ce que vous continuez à contester avec un sourire fait d’arrogance et d’innocence – de cette innocence qui habite ceux qui ont le bonheur de ne rien comprendre ?

L’Autorité instituée par la loi de 2018 a été entendue ce matin par nos députés, sur le fichier de la justice.

-      Il fut reconnu formellement, ce que d’autres ont soit éludé, soit contesté,

a)    qu’il existe un fichier au sein de la justice et que ce fichier est, contrairement à ce qu’on a pu dire, bien nominatif.

b)   Il suffit de pousser le bouton de l’ordinateur et de pointer un nom, pour qu’on trouve tout ce qui aurait depuis très longtemps dû être effacé, à savoir :

-      Les jugements d’acquittement

-      Les réhabilitations

-      Les non-lieu

Archiver ce qui a été reconnu inexistant par des jugements coulés en force de chose jugée est abominable.

C’est ruiner la justice dans ses principes élémentaires.

C’est à vomir d’apprendre que de tels errements dignes de régimes totalitaires sont maintenus au niveau du Troisième Pouvoir.

C)   L’Autorité de Contrôle a aussi reconnu que ce fichier n’a qu’une base légale plus que discutable, donc insuffisante.

Combien de temps va-t-on continuer à nous prendre pour des canards sauvages ?

C’est inadmissible et impardonnable de s’adresser au public pour taire l’essentiel.

Il est vrai que le Pouvoir judiciaire n’aime pas à être contrôlé.

Il est tellement vertueux, qu’il se trouve au-delà du bien et du mal.

P.S. : Ce qui est vrai pour le fichier de justice doit être mille fois pire pour celui tenu par la police.

Le 03 juillet 2019

Gaston VOGEL