Eise Lieserbréif-Auteur schreift iwwert d'Depense vum franséische Staat.

Il est navrant de devoir constater que dans maints pays les habitants, traumatisés par une manipulation médiatique, ne sont plus à même de décerner la réalité de la chimère politicienne.

«Il faut des hôpitaux, des routes entretenues, …. ». Ce n’est pas un préfet français qui parle, alors qu’il aurait parfaitement raison, mais D. Leroy, président de l’Afrique Business Club de Lille (cf. Voix du Nord 08.08.2019), sauf qu’il parle de l’Afrique subsaharienne. C’est là que les firmes françaises font leur fric, vu que le franc CFA (dont beaucoup de Français ignorent même l’existence) est réglé sur l’euro.

Ce n’est donc pas un hasard si la France, entre autres, est toujours militairement présente dans cette région, pas pour combattre le Djihad, comme le veut la version officielle, mais pour protéger les intérêts commerciaux de firmes franco-internationales.

En France, comme dans maints autres pays membres de l’Union européenne, l’investissement dans le public et le social n’est pas rentable. Le 2 août 2019, un pilote de bombardier d’eau est mort lors du crash de son avion en pleine intervention pour éteindre un incendie dans le Gard. Le pilote « aurait perdu ses repères », selon la commission d’enquête (cf. Voix du Nord 04.08.2019). Ce pilote n’était pas un néophyte en tant qu’ancien pilote de Mirage 2000. Mais les bombardiers d’eau sont désuets, tel est la vérité ! On vole dans des « cercueils » datant des années 1980. Mais la patrie n’oublie jamais les siens, surtout quand ils sont morts, et le pilote eut droit à la légion d’honneur.

Résumons, pas d’argent pour rénover la flotte des bombardiers d’eau, par contre 700 millions d’euros sont disponibles à être investis dans le domaine spatial militaire d’ici à 2025. Difficile pour le simple humain de s’y retrouver dans toutes ces contradictions.

Alors que certains politiciens sont déjà à la conquête de Mars et de l’espace, leurs concitoyens continuent à se débattre contre les tracas au quotidien.

Navrant … !

Edouard Kutten