Eisen Auteur schreift an dësem Lieserbréif iwwert Medikamenter.

Cette « chasse » tourne autour de médicaments que l’on ne reçoit plus dans certains pays, mais que l’ont peut trouver encore dans le pays voisin, parfois sans ordonnance et à meilleur prix, etc. Des médicaments officiellement retirés du marché continuent à être vendus dans des drogueries par exemple. Un médicament qui a été retiré du marché pour des raisons thérapeutiques, refait une réapparition sous une autre appellation dans un pays voisin.

Le marché des médicaments est devenu une vraie brocante au sein des pays de l’Union européenne. La raison en est l’ultra-libéralisation du marché pharmaceutique. Les pénuries de médicaments par exemple ne sont pas un fruit du hasard. La constitution des stocks est faite selon des critères de rentabilité.

Les très chères innovations thérapeutiques sont rarement touchées par les pénuries, contrairement aux médicaments peu coûteux faisant partie de la pharmacopée.

Il faut mettre fin au monopole international des grands laboratoires qui sont actifs de par le monde et ceci de préférence dans des pays où les contrôles financiers et autres sont les moins sévères.

L’on a oublié que la production de médicament doit être une affaire publique et pas une affaire de gros sous. L’accès aux médicaments et aux soins en dépendants devrait être garanti à tout un chacun. Alors qu’aujourd’hui ce n’est pas la réalité des besoins en santé publique qui fait la loi en matière de production et distribution des médicaments, mais les laboratoires aux services des lobbys pharmaceutiques.

Edouard Kutten