Il est bien connu que la commune de Bascharage connaît un vrai problème de circulation, que les responsables politiques comptent résoudre avec leur « baguette magique », à l’occurrence le contournement de la commune. Or, ce contournement, s’il deviendra réalité un jour …., ne résoudra certainement pas les problèmes des riverains de la rue de la reconnaissance nationale à Bascharage. Cette rue principale, la « Bomicht »,  menant de la « Biff » au centre de Pétange, est, à certaines heures de la journée submergée par les flux de voitures, camions, autobus, et autres véhicules. La limitation de vitesse est seulement respectée dans les bouchonsJ, traverser la rue en temps de forte influence avec un enfant ou une personne âgée relève du défi.

Les nuisances de ce passage de milliers de véhicules par jour ne peuvent plus être niées et représentent un sérieux danger pour la santé des riverains. Le bruit et surtout la pollution sont à un point que de plus en plus de riverains ont des problèmes de santé y relatifs, comme des cas d’asthmes, des bronchites à répétition, des problèmes de sommeil, etc.

Mais depuis un certain temps, les riverains sont confrontés à un problème supplémentaire, surtout dans la partie descendant vers Pétange. Comme dans la commune voisine le stationnement résidentiel a été installé sur la route principale depuis des années déjà, de plus en plus de gens travaillant ou vivant à Pétange viennent garer leur voiture aux abords de la rue de la reconnaissance nationale. Il s’agit bien évidemment de stationnement de longue durée, on y retrouve aussi de plus en plus de voitures laissées sur la route pour profiter du co-voiturage ou des autobus choisissant cette rue pour déposer leur bus le temps de leur pause.

Tout cela est autorisé, mais les riverains en perdent d’avantage de qualité de vie, ne trouvant plus de place pour garer leur propre voiture. Il y en a même qui n’osent plus mettre leur voiture dans le garage, parce que la vue est complètement obstruée et le trafic est tel qu’une sortie d’un garage devient un risque d’accident potentiel. Il y en a déjà eu d’ailleurs.

En ces temps, où la rue a été victime de la tornade du 9 août 2019, où les riverains ont besoin d’assistance et d’aide de firmes spécialisées pour réparer les maisons, les problèmes s’accumulent est deviennent de plus en plus insupportables.

Mais personne ne veut entendre leurs doléances, une entrevue avec le bourgmestre de la commune, Monsieur Michel Wolter, a été refusée avec la recommandation de s’adresser aux services des Ponts et Chaussées. Les responsables des Ponts et Chaussées, toujours très à l’écoute des questions et inquiétudes des riverains, ont clairement renvoyé le problème de l’établissement éventuel d’un stationnement résidentiel aux services « compétents » de la commune.

La « Bomicht » a toujours été « l’enfant malaimé » de la commune de Bascharage. Mais de là à ignorer les dangers pour la santé et la sécurité des riverains, cela frôle l’inconscience politique. Mais qui s’en étonne … ?!

Christiane Kutten-Serafini