3 milliards d’euros sont proposés par la classe politico-économique en France pour l’organisation des Jeux Olympiques en 2024 à Paris. L’argumentation est toujours la même, tout le monde va profiter de cet argent, le petit commerçant de quartier aussi bien que les grosses entreprises. Selon la théorie ad hoc ces « méga événements » provoqueront un choc culturel et sociétal.

Paris a profité à plusieurs reprises de « méga events ». Les récentes statistiques montrent que l’on ne peut pas parler d’un effet bénéfique de longue durée. Les statistiques officielles prouvent le contraire et rendre les habitants des quartiers « sensibles » responsables de ces mauvaises statistiques est une aberration. Mais faute d’arguments, c’est toujours la meilleure échappatoire pour les politiciens.

Cependant la réalité ne ment pas. Ainsi le 4e arrondissement, celui du Marais et de l’Hôtel de ville, connaît une augmentation de violences crapuleuses de 70 % en 9 mois. Un autre « haut lieu touristique », le 1er arrondissement, entre les Tuileries, le Louvre et Beaubourg, a noté une augmentation de plus de 40 % de ce genre de violences. Même dans le 7e arrondissement de la Maire R. Dati (Les Républicains), les atteintes aux biens ont augmenté de 25 % en 9 mois.

L’incivilité et l’insécurité ne sont donc pas des phénomènes typiques des banlieues ou de quartiers sensibles. Elles sont la conséquence d’un mal-vivre profond qui est le résultat d’une injustice sociale grandissante bien que l’on se donne tout le mal du monde pour la cacher.

Ce n’est pas avec des « méga events » médiatisés à l’extrême qu’on arrivera à remédier au profond malaise qui couve … !

Edouard Kutten