Des pratiques autoritaires et aléatoires sont apparemment usuelles dans certains centres de recherche.

L’Institut Max Planck (MPI), de droit procédural au Luxembourg, en ferait partie selon les révélations de Web Buzzfeed. Il ne faut pas oublier que le MPI est financé par l’Etat luxembourgeois.

En 2019, à l’occasion d’un sondage effectué auprès du personnel du MPI (cf. SEW 1/2020), 23 % des personnes interrogées ont confirmé avoir été l’objet de mobbing, voire de harcèlement moral. 37 % parlaient d’un climat de travail détérioré.

Il va sans dire que les pratiques managériales incriminées sont contraires au droit du travail luxembourgeois.

Jusqu’à présent rien ne fut fait pour mettre un terme à ce dysfonctionnement. Serait-ce parce que le MPI ne serait que la pointe de l’iceberg dans le secteur de la recherche publique au Luxembourg ?

Il n’y a plus d’excuses, surtout de nos jours où la recherche est plus vitale que jamais, les responsables politiques doivent agir au plus vite, car on ne fait pas de la recherche scientifique efficace avec des méthodes autoritaire et aléatoires.

C’est indigne d’un centre de recherche public et il y va de la santé publique et de la survie de milliers de patients.

Edouard Kutten