Ainsi donc la Bibliothèque nationale de Luxembourg a une nouvelle directrice, en la personne de Madame Joanne Goebbels. La décision de la ministre Sam Tanson de choisir pour remplacer Madame Monique Kieffer une personne qui, en toute apparence, n’a pas les qualifications espérées pour ce poste a déjà fait jaser.

Aussi n’en rajouterai-je pas.

Loin de faire un procès d’intention à la nouvelle directrice en raison de son nom de famille et d’insinuer un quelconque népotisme dans cette promotion inespérée, je veux plutôt croire Madame Tanson pour qui, en raison de ses compétences à monter un projet et de ses capacités à mener une équipe, Madame Goebbels était la meilleure candidate.

Et j’imagine qu’en tant que professeure de français, Madame Goebbels est une utilisatrice assidue des services de la BnL et qu’au cours des dernières années, elle a fait avec ses élèves moult visites à la bibliothèque de l’Athénée. Je puis donc concevoir qu’elle connaît plus ou moins bien le fonctionnement des bibliothèques pour les avoir fréquentées dans le cadre de sa profession.

Du moins je l’espère.

Donnons donc une chance à cette socialiste engagée. Tellement engagée qu’elle a posé sa candidature à trois élections successives entre 2017 et 2019 : les élections communales à Luxembourg-ville, les élections nationales dans la circonscription centre et les élections européennes … trois fois sans succès.

Il y a eu, ces derniers temps, beaucoup de mouvements de personnes parmi les responsables du parti ouvrier socialiste du Luxembourg. Aussi, Madame Goebbels se retrouve-t-elle à une marche de l’entrée à la chambre des députés. Il suffit d’un nouveau désistement et la voilà députée nationale. Elle a certes refusé le poste de conseillère communale de la ville de Luxembourg lorsque Monsieur Marc Angel est parti à Strasbourg, arguant qu’elle préférait se consacrer à sa profession et à l’éducation de ses enfants. Voilà qui est encourageant et nous suggère qu’elle va peut-être refuser un poste de députée si l’occasion s’en présente dans un avenir proche.

Mais quid de la suite de la carrière politique de Madame Goebbels, une fois qu’elle sera directrice de cette institution renommée? Les prochaines élections à la chambre des députés se pointent à l’horizon. Le POSL espère qu’avec des figures de proue comme Madame Paulette Lehnert et Madame Joanne Goebbels, qui aura eu trois ans pour améliorer sa notoriété et peaufiner son image à la tête de la BnL, il aura le vent en poupe.

Que fera Madame Goebbels? Sera-t-elle sensible aux sirènes du parti qui voudraient lui voir jouer un rôle dirigeant dans la politique nationale ? Ou s’investira-t-elle corps et âme dans sa nouvelle tâche à l’instar de son prédécesseur ?

Si c’est la seconde voie qu’elle choisit, et si jusque-là elle a fait preuve de ses compétences d’organisation et de gestion à la tête de la BnL, on pourra dire que Madame Tanson a fait le bon choix.

Mais qu’adviendra-t-il si Madame Goebbels est candidate et surtout si elle est élue ?