Virun enger gudder Woch hun ech den Text vum Projet de loi 7606 ugefaang mat liesen..

Besonnescht den Deel - Introduction d’une prise de certaines mesures concernant les personnes physiques dans le cadre de la lutte contre le virus SARS-CoV-2 (Covid19)‚ a sin nawell fatzech aféiert. Ech sin keen Jurist, keen Politiker, a kenger Organisatioun, just e Mënsch deen vun Klengem un emer vill a gär geliës huet a liëst, daat Geliëstent analyséiert an Wierder a Sätz ausenanner hëlt.

Et geet em den Artikel 7 aus dem Projet de loi 7606 an op der aanerer Séit em  eis Mënschenrechter (droits de l’homme)

HEI DEN AUSSCHNËTT AUS DEM GESETZESTEXT 7606 ART.7 deen den 29/05/2020 un Membren vun da Commission de la Santé et des Sports an un d’Membren vun da Conférence des Présidents weidergeleet gin as:

(1) Si la personne infectée présente à son domicile réel ou élu un danger pour la santé ou la sécurité d'autrui et qu'elle s'oppose à être hébergée dans un autre lieu approprié et équipé, le procureur d'Etat, saisi par le directeur de la santé d'une requête motivée proposant un lieu approprié et équipé et contenant le certificat médical établissant le diagnostic d’infection, peut décider par voie d’ordonnance de l’hospitalisation forcée de la personne infectée dans un établissement hospitalier ou une autre institution, établissement ou structure approprié et équipé, pour une durée maximale de la durée de l’ordonnance d’isolement restant à exécuter.

L’ordonnance du procureur d’Etat est notifiée à la personne infectée par la Police. Aux fins de l’exécution de son ordonnance, le procureur d’Etat a le droit de requérir directement la force publique.

Le procureur d'Etat peut à tout moment procéder à l'élargissement de la personne infectée, sur avis du directeur de la santé. Cet avis est fourni dans les vingt-quatre heures de la demande y afférente du procureur d’Etat. A l’expiration de ce délai, le procureur d’Etat peut décider de l’élargissement sans l’avis du directeur de la santé.

Daat geet wéit!

AN HEI EN AUSSCHNËTT WAAT MËNSCHENRECHTER UBELAANGT :

En appuyant inlassablement (continuellement) la cause des droits de l’homme et de l’Etat de droit, dans le but de défendre les valeurs de liberté, d’égalité et de dignité de toutes les personnes, contre la tyrannie et l’arbitraire, le Luxembourg mène une politique étrangère solidaire et responsable pour contrer les inégalités et les injustices. Dans les enceintes multilatérales (ONU, OSCE, Conseil de l’Europe…), le Luxembourg s’engage pour le respect des droits de l’homme au niveau mondial, sur les fondements qui ont créé l’ordre international mis en place après la Seconde Guerre mondiale.

Eisen Projet de loi as absolut contradictoire par rapport zu dem waat bei den Mënschenrechter soll errëcht gin.

Kuerz Erklärung :

Liberté also Fräiheet: wéi fräi as een nach wann een zu eppes gezwongen get?

Dignité also Würde (den eegenen Wert, den Wert deen mir eis selwer zouzeschreiwen hun an mir an eis droen) : duerch den Zwang (hospitalisation forcée) get engem Mënsch seng ganz Würde ewesch geholl.

Contre la tyrannie (Absolutismus ‚Zwangs’Herrschaft) : do kënt den Zwang erem op, géint deen d’Mënschenrechter sech wiëren, sorry do kënt den Artikel 7 awer schon e bessi ‚diktatorësch‘ eriwer.

Arbitraire: do gin et vill aaner Ausdrëck dofir : eigenwillig, unterdrückend, autoritär, wahllos. Waat jo heescht dass mir keng Wahl hun, mir gin kleng gehaal. Do wiëren d’Mënschenrechter sech jo anscheinden awer och dogéint.

Ech wees net waat ech dovun haale soll, mee Villes fänkt un zimlech paradox ze gin, an erdrëckend.

Daat heescht wann mir Widerstand leeschten këne mir zwangsagewisen gin an e Spidol oder eng aaner fir sie adéquat Institution. Waat bedeit daat fir Ierch?

Wéi een Gefill kritt een wann een daat liëst? Waat bedeit daat fir all Eenzelen vun eis? Hu mir iwerhaapt nach Rechter? Oder gin et an Zukunft emer méi Zwäng. A wéi eng Richtung gi mir gedrängt? A wéi een Eck?

Wiëder hun eng grouss Macht, op geschriwwen, geliës oder gelauschtert.

An an desem Fall sin se absolut zastéierend.

Desweideren as gesoot gin, dass mir selwer fir eis responsabel sin.

Firwaat brauch et dann esou een ominöst Gesetz? Et soll jo virraussichtlech just eng Liewensdauer vun 1 Mount hun, mee kann duerno zu all Moment esou geännert gin wéi et an den Kroom passt. Daat deit net op Vertrauen an d’Vollek hin, am Géigendeel. Et erkennt een déitlech den Ënnerscheed zwëschen den geschwaaten an den geschriwwenen Wiëder vun eiser Regierung. Geschwaat get firsorglech, geschriwen get destruktiv an ‚herrscherech‘. Ech maan mir wirklech Suergen em d’Wuelergehen vun eiser Gesellschaft, net nëmen daat materiellt oder gesondheetlech, haaptsächlech daat moralescht Wuelergehen!

Ech erlaabe mir meng Meenung ze soen, daat a méin Denken (Gedanken sin glëcklecherweis zollfréi) as eppes waat mir nach gehéiert. Daat Ganzt as mir net mi geheier, mee ech wees eng Saach, wann ech Moies opstin, kann ech mir am Spiggel an d’Aan kucken an daat as eng Fräiheet di keen mir huelen kann.

Kremer Nathalie