Dans la plupart des pays de l’Union européenne on doit constater une peur du lendemain due à un malaise sociétal que le post-confinement n’a pas effacé, au contraire ! Les politiciens au pouvoir partent donc à la rentrée à la reconquête de la confiance de la population. Le mot magique s’appelle « relance économique ». En analysant certains plans de relance, l’on doit constater que les responsables politiques font semblants de ne pas avoir réalisé que la pandémie vient de confirmer les dérives et les dangers du néolibéralisme. L’obsession de la rentabilité à tout prix hante les esprits des « relanceurs économiques ».

Le plan de relance de Macron, par exemple, est très éloquent à ce sujet. La mesure phare en est la réduction du taux d’imposition des sociétés, accompagnée d’une baisse de la contribution sur la valeur des entreprises sur deux ans. Une nouvelle baisse du prix du travail est prévue.

Pour la forme, il y aura bien entendu des discussions sur des détails anodins, mais quant au fond les dés sont jetés. Pour la majorité des gens il faudra « boire la tasse », sabrer le champagne reste réservé à une minorité.

Rien n’a changé pendant et après la pandémie ! Derrière l’unité et la solidarité médiatiquement affichées, c’est la loi du plus fort qui continue à régner !

Edouard Kutten