Ursula von der Leyen a, en sa fonction de présidente de la Commission européenne, a fait le rapport sur l’état de l’Union européenne à la date du 16 septembre 2020.

Garder confiance et rester unis étaient les mots phares de son discours. Une union que la diversité et l’adversité remettent en cause à chaque fois qu’un problème majeur se présente.

Dans la lutte contre le virus Covid-19, U. von der Leyen a promis des stocks stratégiques en cas de besoin et ceci notamment en ce qui concerne les produits pharmaceutiques.

Il faut garder  la foi dans l’avenir  car, selon la présidente de la Commission européenne, « nous sommes protégés par une économie humaine ». Une économie régentée en réalité par la compétitivité, dominée par la loi du plus fort. La crise sanitaire a mis à nu le rôle que jour l’euro, il est devenu la monnaie des riches. L’euro ne pratique pas la solidarité. Il est un instrument de domination.

Et c’est sur sa stabilité que reposerait l’avenir de l’Union européenne !!!

Cette Union européenne se trouve dans un état préoccupant. Le clivage social et politique entre les pays membres a amené une vraie fracture entre l’Ouest et l’Est. Le pacte sur la migration a été réduit à un strict minimum et adapté aux exigences de certains pays de l’Est. Une preuve supplémentaire du fait que l’absence de volonté est érigée en système.

La pandémie a servi d’alibi pour justifier la restriction des libertés individuelles. L’on assiste dans certains secteurs à une vraie brocante des acquis sociaux, alors que les suppressions d’emplois vont bon train.

A l’intérieur Macron et Merkel jouent « au plus fort » alors que la politique extérieure de l’Union européenne est un « modèle » d’incohésion.

Le système n’étant pas mis en question, il ne reste alors pour le commun des mortels que la confiance dans les belles paroles de « Sainte Ursule » !

Edouard Kutten