La politique de sécurité est hélas devenue dans beaucoup de pays l’enjeu de l’opportunisme politicien. La privatisation de certains secteurs en est la meilleure preuve.

A l’approche de Noël l’on constate l’apparition de services d’ordre privés. Au Luxembourg il en est de même. Noël doit être « clean », les quartiers sensibles sont « priés » de jouer le jeu. La ville de Luxembourg a fait appel à des agents de sécurité privés pour faire de la prévention dans les « endroits à éviter » pendant cette période festive.

Trois équipes de deux hommes et un chien arrivent à remplir leur mission dissuasive, alors que les forces de l’ordre n’y arrivent pas en temps normal, il y a de quoi se poser des questions. Soit, les commerçants jubilent car Noël est sauvé.

Quant à la légalité de l’emploi de ces agents privés, pour les preneurs de cette initiative cela ne pose pas question. Le ministre de la police, H. Kox, a pourtant souligné que sous la forme actuelle ces forces de l’ordre seraient illégales.

Il ne faut pas oublier dans ce contexte que la protection de la population est l’affaire de la police, et doit le rester. La logique de protection va de pair avec la logique d’interpellation et de contrôle.

Quant à ces « quartiers à éviter », il s’agit en réalité des seuls quartiers populaires existant encore dans une capitale, symbole « de paradis bancaire et de luxe ».

De toute façon, les festivités de Noël passées, personne ne s’en souciera plus. La lutte contre la précarité, la pauvreté et l’insalubrité, engendrant la criminalité, n’est pas la mission de la police. C’est un défi sociétal, mais rares sont les politiques qui ont le courage de relever ce défi !

Quoi qu’il en soit, tradition oblige, en haut lieu on ne sera pas à court de meilleurs vœux de Nouvel An pour tous !

Edouard Kutten