L’on prévoit d’ici 20 ans une augmentation de la population aux frontières du Grand-Duché. La région Pays-Haut (Val d’Alzette) est prédestinée à devenir une « banlieue » du Luxembourg. Autour de 20.000 habitants sont attendus, des frontaliers qu’il faudra loger. Les spéculateurs immobiliers sont déjà en train de préparer « le terrain ». C’est une « vraie folie des prix » que l’on constate dans le secteur de l’immobilier existant. On paye du côté meurthe-et-mosellan 1.500 €/m2 contre 1.800 €/m2 côté mosellan. Des prix que des couples « non frontaliers » ne sont plus en mesure de payer.

Du côté du Luxembourg on laisse faire les grandes agences immobilières. La spéculation immobilière y bat son plein. La bulle immobilière qui est en train de se former ne dérange personne. L’on constate avec satisfaction une forte croissance de la clientèle fortunée. Et des ventes de biens immobiliers autour de 10 millions d’euros ne font plus exception.

Les gros investisseurs à l’étranger ont su se servir à leurs fins des lacunes de la législation en vigueur à la place financière. Les Soparfis (Sociétés de participations financières) dominent le marché de l’immobilier. On travaille en toute opacité. La place bancaire continue à profiter de son « triple A », pour le reste « silence of the lambs » !

Il va sans dire que cette politique immobilière du « laisser faire » élimine peu à peu les consommateurs normaux du marché immobilier.

Une fracture sociale en plus … en attendant l’implosion de la bulle immobilière !

Edouard Kutten