Les prix des logements ont fait un bond de 16,7 % au 4ème trimestre 2020 au Luxembourg. Selon le Statec l’on constate une augmentation moyenne de 14,5 % sur les 12 derniers mois, 10.000,- euros le mètre carré sont devenus la norme. Le gouvernement avait prévu dans son PAP de remédier à cette situation. Lors de la construction de 10 à 24 logements 20 % devraient être accessibles à des prix raisonnables, 30 % lors de la construction de plus de 25 unités de logements. Voilà que le gouvernement a fait une révision vers le bas, 15 % au lieu de 20 % et 20 % au lieu de 30 % valables à partir de 2022. Un cadeau au lobby des constructeurs privés que l’on essaie de cacher en se servant de l’excuse qu’il est possible qu’à cause de la crise Covid-19 l’Etat pourrait manquer d’argent public. Tiens, d’un seul coup, l’Etat, dont les responsables grandiloquents n’ont jamais parlé d’épargne, mais ont juré sur l’argent facile, connaîtrait des problèmes de liquidités.

Il s’agit d’un préavis à la privatisation qu’il ne faut pas prendre à la légère. En effet, après Covid-19 l’Etat va privatiser ouvertement tout ce qu’il a déjà tenté de faire auparavant, sous cape.

Dans le secteur santé, la privatisation accrue de certains services va déjà bon train. Voilà pourquoi l’OGBL a critiqué à raison le projet de loi 7753 (cf. Tageblatt, 13.04.2021). Il en est de même dans l’enseignement, où « travailler » avec des chargés de cours revient moins cher qu’avec des enseignants brevetés. Certaines administrations publiques, et pas les moindres, prennent déjà actuellement recours aux services de « spécialistes consultants » du privé.

En matière de sécurité publique, l’emploi de sociétés privées a été légalisé. Il ne faut pas perdre de vue le fait qu’au niveau européen, Frontex, une agence de garde-côtes privée, très contestée en outre, est très active disposant d’un budget de 5,6 milliards d’euros. Alors au fond, on ne fait au niveau national que suivre « le bon exemple » donné au niveau européen.

Les moyens de transports publics se trouvent aussi dans le collimateur des privatiseurs. Car il ne faut pas oublier que l’Etat a engagé à prix d’or des « consulting firms » privées ayant pour mission d’élaborer des plans de « restructuration », modèle privatisation.

Le système de retraite actuel n’échappera non plus à une cure de « jouvence », il sera « dégraissé ». Heureux celui qui pourra s’offrir une pension supplémentaire chez les assureurs privés !

Bref, ne soyons pas dupe, le message codé est clair. Il vaut veiller à ce qu’on ne remplace pas les masques par les baillons !

Edouard Kutten