Ouf! Enfin! Nous y sommes. Je veux parler de l’inauguration du nouveau Stade de Luxembourg (difficile de trouver plus banal comme nom). Il s’agit de l’étape  ultime d’une discussion qui aura duré depuis 2005, donc il y a quelque 16 ans. C’est cette année-là, élections communales obligeaient, que fut (re)née l’idée non seulement de construire un nouveau stade de football, mais l’association “Kockelarena”, créée pour les besoins de la cause, proposait d’ériger, à une encablure du  stade d’aujourd’hui, sur des terrains appartenant majoritairement à l’Etat, une véritable Cité des sports, un vrai lieu de vie ayant sa propre vie sociale, comprenant notamment un terrain de football, un vélodrome (à ce jour toujours inexistant, hélas) et une enceinte pour les diverses disciplines d’athlétisme (en voie de réalisation ailleurs). D’autres équipements publics et privés y étaient également prévus, y inclus des pépinières d’entreprises, des magasins, un hôtel etc etc. Le fait de prévoir trois constructions, stade de foot, vélodrome et stade d’athlétisme,  à un même endroit aurait signifié un meilleur investissement des deniers publics, plus de synergies possibles etc  alors qu’aujourd’hui on construit finalement  trois objets à trois endroits différents.

Il serait vain de revenir, ici et maintenant, sur tous les aspects de ce dossier, mais que de chausse-trapes, que de circonvolitions, que de personnes, politiques et autres, faisant preuve de  niaiserie, d’incompétence, de connivences et de collusions avec des promoteurs privés.

Et que de faux-culs impliqués!

Il aura fallu d’abord chercher une majorité d’idées pour abandoner le projet de la rénovation du stade vétuste de la route d’Arlon, notamment le retour aux affaires communales de Mme Polfer l’a rendu possible, alors que MM Bettel, Helminger et Bausch étaient pour une simple rénovation, il aura fallu ensuite lutter contre la vox populi qui trouvait trop élevées les dépenses nécessaires, puis démontrer que les pouvoirs publics pourraient être les grands gagnants (financiers) d’une opération immobilière de grand format incluant les terrains constructibles des services d’urgence et de la déchetterie municipal sis route d’Arlon également. Certains, à ce jour, n’ont toujours pas compris ce stratagème…

Après il aura fallu contrecarrer les plans sur la comète  qu’un gros financier (trop) roublard avait dessiné, avec l’accord de plusieurs ministres, à Livange: y construire un stade de football privé afin d’avoir l’autorisation de pouvoir y adjoindre un centre commercial,  dans une zone a priori inconstructible. Cela a failli coûter la tête d’un ministre dont la proximité avec le financier évoqué faisait plus que jaser. Aprés il aura fallu contrecarrer et “torpéder” le projet incroyable de la construction d’une piste cyclable couverte à Cessange, projet qui ne tenait pas du tout la route et qui était devenu la risée de tous les observateurs avertis, sans parler de l’incompétence notoire de l’échevine (ir)responsible des sports de la Ville.

Peu à peu, les années ont passé, l’idée de construire ailleurs un nouveau stade de football a creusé son chemin, malheureusement le cyclisme et l’athlétisme en furent les victims collatérales. Pour être complet il faudrait encore relever le rôle, ou plutôt l’absence de rôle du COSL, qui, plus superflu que jamais, plusieurs fois démarché par l’association Kockelarena, n’a jamais pris à bras le corps cette discussion alors qu’elle le concernait au premier chef.  Dans la discipline olympique “faire le canard” il aurait certainement été médaillé d’or…

En 2008, trois ans après la naissance de Kockelarena asbl, a paru sous la signature du soussigné le Livre blanc des infrastructures sportives au Luxembourg qui reprenait en gros les idées de base de l’association précitée.

A la vue de ce document, et tout en prenant en compte les infrastructures sportives réalisées entretemps, il faut regretter qu’une chance historique de mettre en place, sur une dizaine d’années, une véritable Cité des sports, un vrai lieu de vie comme on en construit partout maintenant , a été  loupée.

Le Stade de Luxembourg, pour le football et pour le rugby, va accueillir tous les ans une dizaine de matches. Insuffisant pour justifier une telle dépense! Il aurait fallu obliger un des clubs de football de la Ville de Luxembourg d’y faire jouer régulièrement son équipe première, cela aurait “libéré” des terrains constructibles ailleurs et “rentabilisé” advantage l’investissement. Maintenant nous allons nous retrouver devant une coquille vide, sans vie, pendant 95% du temps.

Le soussigné n’a jamais lâché le morceau afin d’obliger les  instances à procéder à une étude d’opportunité et de faisabilité  afin de pouvoir prendre les bonnes décisions en connaissance de cause. Même le Conseil d’Etat, dont le soussigné faisait partie à l’époque, acquiéscait. Il aura fallu une intervention amicale du président de la FLF pour calmer la fougue de l’auteur de ces lignes, Paul Philipp, peut-être à juste titre, avait peur que le projet du nouveau stade de football, une fois de plus, serait remis aux calendes grecques. Pour les besoins de la cause le soussigné a remis les armes au vestiaire et s’est tu jusqu’à ce jour……

En résumé: une chance historique a été loupée pour conférer au monde sportif et à ses nombreux utilisateurs un espace bien à lui, une véritable Cité des sports. Cette opportunité ne reviendra plus jamais, hélas.

Dommage!

René Kollwelter

juillet 2021