La taxation mondiale sous forme d’un impôt de 15 % pour les multinationales devrait entrer en vigueur en 2023. On parle d’un accord historique.

Beaucoup d’espoirs sont liés à cet accord. On y voit la possibilité d’amener les géants du numérique, par exemple, à payer enfin leur juste part d’impôts là où ils font leurs profits. 136 pays croient qu’il y aura une plus juste répartition des profits.

L’OCDE a évalué le surcroît de recettes fiscales mondiales à 125 milliards de dollars minimum. Une somme qui a fait des jaloux. La solidarité n’étant pas inscrite à l’ordre du jour dans des situations pareilles, de rudes batailles entre pays riches et pays en voie de développement font rage.

Une chose est déjà sûre et certaine, les pays riches vont se partager la grosse part du lion. Les craintes des « petits » pays ont été confirmées. Selon Oxfam, 52 pays (11.10.2021) recevront à peine 0,025 % de leur PIB en recettes supplémentaires.

Cela n’empêche pas que d’aucuns parlent de victoire. Or la lutte contre l’optimisation fiscale devra continuer, car les « offshores » ne désarment pas si vite.

Cette taxation n’est en outre pas un frein automatique au dumping social pratiqué par les géants du numérique

Quant à la pollution par le numérique, ce n’est apparemment pas le moment d’en débattre !

Edouard Kutten