De nombreux petits princes et princesses s’étaient réjouis de passer un joyeux moment avec leurs parents au centre-ville, en l’après-midi du 4 décembre. Les marchés de Noël les invitaient à se laisser envoûter par les lumières, les friandises, les manèges et la magie qui devait être au rendez-vous, à l’avant-veille de la Saint Nicolas. Certaines familles avaient effectué un long trajet pour s’adonner pendant quelques heures au charme qu’offre notre capitale en cette période de l’année.

Place de la Constitution, un grand-père, comme le mien l’avait fait jadis, a peut-être expliqué à ses petits - enfants, dont le regard curieux a frôlé le monument érigé en l’honneur des soldats volontaires luxembourgeois ayant rejoint les forces françaises lors de la Première Guerre mondiale, qu’il s’agissait là d’un hommage rendu au souvenir de leur courage.

Quelques instants plus tard, c’en était fini de l’enchantement. Une horde déchaînée, manifestant contre les mesures sanitaires, s’est introduite de force à la foire de Noël, renversant les grillages de protection, sans aucun égard pour les petits visiteurs de la fête, grimpant en masse sur le monument de ceux tombés au champ de bataille. De leurs pieds, ces enragés foulaient les statues dédiées aux hommes dont un grand-père venait de faire briller la gloire aux yeux de ses plus chers.

Quel spectacle honteux ! Quel affront ! La mémoire de nos héros salie par les bottes de jeunes types qui n’auraient pas tenu, ne serait-ce qu’une journée, dans une tranchée. À faire saigner le cœur de quiconque ayant une notion d’histoire.

Mêmes images troublantes et apocalyptiques à travers la ville entière. Antivax, marcheurs blancs, anarchistes et consorts envahissant les rues et les boulevards dans un vacarme assourdissant, ont offert le spectacle qui aurait dû, pour les enfants que les « manifestants » avaient le culot de prétendre vouloir « protéger » (contre un vaccin salvateur…), être un tout autre lors de cette visite en ville qu’ils avaient tant attendue.

Ça suffit ! Si chaque minorité a bien à juste titre le droit d’émettre son opinion via le moyen de son choix - serait-ce un cortège – l’irrespect de nos monuments nationaux, la destruction d’objets matériels, l’occupation d’espaces, une agitation violente mettant en péril les citoyens (sans parler des risques engendrés par le comportement des protestataires sur le plan sanitaire), relève tout simplement de l’intolérable ! (Quant au communiqué tiède de la « Marche Blanche » dont les organisateurs n’ont ni le cran ni l’honnêteté de se désigner- une farce !)

En espérant que Saint Nicolas saura sécher les larmes des familles rentrées déçues et apeurées d’une excursion gâchée, je prie les autorités compétentes de prendre les mesures nécessaires afin de protéger le peuple de groupes dont nul ne peut désormais plus nier le degré de radicalisation atteint.

Kelly Meris, Strassen