La présidence du Conseil européen par E. Macron ne passe pas inaperçue. Ce n’est pas un hasard. Cette présidence vient pour U. von der Leyen au bon moment. Elle veut enfin avancer dans le dossier de la création d’une force armée de l’Union européenne. En la personne de Macron elle trouve un appui précieux. Une Union européenne militairement forte, à côté de l’OTAN, est la condition pour qu’elle soit présente et puissante dans le monde.

Il ne faut pas oublier que l’Europe n’a jamais été un havre de paix, comme le prouvent les livres d’histoire objectifs. Il suffit de citer les croisades, les guerres de religions, les guerres féodales, les guerres coloniales, conséquence de la colonisation par l’Europe de l’Afrique, des Amériques, de l’Asie et de l’Océanie, sans oublier les 2 guerres mondiales, « pur produit » européen !

Macron est prêt à faire avancer le passage d’une Europe de coopération à l’intérieur à une Europe puissante dans le monde. Il soutient le renforcement des capacités stratégiques de l’Union européenne qui est devenu une priorité.

Ayant écarté le social et le sociétal des discussions, von der Leyen et Macron n’auront aucun problème à trouver une entente et faire avancer le dossier militaro-économique de l’Union européenne.

Von der Leyen est soulagée, enfin une touche positive à son maigre bilan et Macron va s’enorgueillir d’avoir su y mettre du sien, pour le bien de la France. Les médias de l’Hexagone sont au rdv. Le « Journal du Dimanche » annonçait déjà fièrement (28.12.2021) : « La France prend la tête du Conseil de l’Union européenne ».

Il est cependant inquiétant de devoir constater qu’actuellement le seul terrain d’entente au sein de l’Union européenne est celui de l’armement !

Edouard Kutten