Le fait que Macron a réussi à battre M. Le Pen a fait jubiler les défenseurs de la démocratie à travers l’Union européenne.

Mais qu’en est-il vraiment de ce barrage à l’extrême-droite ? Celle-ci s’est renforcée en France en atteignant un score de 41,8 %. Le Pen a même obtenu 56,73 % des suffrages à Colombey-les-Deux-Eglises, le village du Général De Gaulle !

La victoire de Macron ne peut cacher le fait qu’en France l’on assiste à la fois à une radicalisation sociétale, un désintérêt politique et à une décomposition des partis traditionnels.

Mais ceci n’est pas un phénomène typiquement français. La poussée d’un « social-populisme » d’un côté et d’un « national-populisme » de l’autre ne peut plus être niée. Pour y remédier il faut s’en prendre au malaise d’une société où les repères sociaux ont été détruits. Une partie de la population se sent perdue et recherche sécurité et protection.

Les partis populistes sont à son « écoute », ainsi que les partis d’extrême-droite. Et ceci avec un succès grandissant, comme le montrent les résultats obtenus lors des diverses élections, que ce soit en Italie, Espagne, Autriche, Hongrie, France, etc. Le vote extrême n’est plus un hasard. La participation de ces partis au gouvernement dans quelques pays en est la conséquence. Le barrage à l’extrême-droite prend l’eau !

Il est temps que l’on pense à s’affranchir des lois du marché et des contraintes sociales qui en découlent et de démocratiser la politique moyennant une participation active de la population au processus politique.

Voilà le meilleur barrage à l’extrémisme de droite !

Edouard Kutten