Surprenant, vu que tout le monde se dit « écolo », les politiciens, les industriels, sans oublier les médias.

Les origines de cette fracture se trouvent dans la société occidentale inégalitaire basant sur le principe des 2 poids et des 2 mesures.

Les chiffres du rapport 2022 de L. Chancel et Th. Piketty sont bien révélateurs. 24 milliards de tonnes d’équivalent de CO2 sont émis par les 10 % de la population mondiale les plus riches. L’aviation d’affaires représente plus de 2 % des émissions de CO2 de l’aviation. Ces pollueurs milliardaires ont d’ailleurs la « bonne habitude » de faire enregistrer leur « coucou de luxe » dans des pays à législation très tolérante, dont fait partie le Luxembourg. 20,4 milliards de tonnes de CO2 sont enregistrés pour les 40 % du milieu et 6,1 milliards de tonnes pour les 50 % les plus pauvres.

Cette inégalité est en grande partie due au mode de vie. La façon de consommer dans les « sociétés modernes », en particulier chez les plus riches, sert davantage à se distinguer de l’autre par une dilapidation somptueuse qu’à subvenir aux vrais besoins.

Ce gaspillage matériel énorme de la part d’une minorité oligarchique de la société sert hélas, grâce à la médiatisation autour de ces agissements, de modèle et d’exemple à toute une société où chacun essaie d’acquérir un statut social supérieur en consommant le plus possible.

Or ces statuts sont futiles et rendent les gens sensibles à toute manipulation. Ce n’est pas de cette façon qu’on « créera » des citoyens autonomes, libres mais responsables !

Edouard Kutten