L’année 2023 s’annonce comme une année complexe et la nouvelle présidence de l’Union européenne assumée par la Suède depuis le 1er janvier se voit confrontée à un certain nombre de défis.

Or cette présidence pose des interrogations car Ulf Kristersson doit son mandat de Premier Ministre de Suède seulement à une alliance avec les démocrates nationalistes de Suède, grand vainqueur des récentes élections législatives en septembre 2022. Par personne interposée, les nationalistes suédois « coprésident » l’Union européenne. Une situation pour le moins « cocasse ».

Il faudra, selon les experts, « mieux penser la complexité » si l’on veut affronter les défis de 2023 qui sont d’ordre climatique, économique, voire géopolitique. Au fond, ces défis ne sont pas nouveaux, ils sont le résultat d’une politique d’attente et de compromis.

La pénurie de médicaments, par exemple, qui se fait ressentir dans de nombreux pays, est un exemple typique. Basé sur le principe du profit, il n’est plus prévu d’augmenter la durée des stocks. Ce n’est pas uniquement un problème logistique. Pour que l’Union européenne retrouve sa souveraineté dans ce domaine, il faut, selon les experts en pharmacovigilance, compter dix ans. Voilà pourquoi les stocks sont importants.

Le seul secteur qui ne risque pas de poser problème est celui de l’exportation d’armes. Il fleurit et est en expansion. La France est derrière les Etats-Unis d’Amérique et la Russie le 3ème marchand d’armes avec 14,5 milliards de dollars, l’Allemagne est 5ème avec 6,2 milliards par exemple. Il n’y a pas de quoi pavoiser !

U. Kristersson a fait preuve de doigté lors de sa rencontre le 3 janvier 2023 en France avec   E. Macron. Il s’est montré « bon démarcheur » en engageant un « possible partenariat avec la France pour la construction de nouvelles centrales nucléaires en Suède ».

« Business first », les présidents de l’Union européenne servent d’abord à défendre des intérêts nationaux. Quant aux défis à l’échelle européenne, la liste s’allonge, on va relancer la discussion le moment venu !

Edouard Kutten