D’aucuns essayent d’expliquer le réarmement gigantesque au niveau mondial par le déclenchement de la guerre en Ukraine. Or tel n’est pas le cas. En 2021, un an donc avant le début des hostilités en Ukraine, on notait l’établissement d’un nouveau record en matière d’armement. En effet, 2.113 milliards d’euros furent officiellement investis dans les industries de l’armement.

Chaque grand armurier a ses fournisseurs et ses grands clients. Ainsi le premier « client » des Etats-Unis d’Amérique est l’Arabie Saoudite avec 12,3 milliards de dollars et le principal fournisseur reste le Royaume-Uni avec 732 millions de dollars. Le meilleur client du Royaume-Uni est l’Oman avec 770 millions de dollars, le meilleur fournisseur sont les Etats-Unis d’Amérique à grandeur de 2,6 milliards de dollars. Le premier client de la France est l’Inde qui y achète pour 4,2 milliards, le principal fournisseur restent les Etats-Unis d’Amérique avec seulement 280 millions de dollars. La situation de l’Allemagne est très cocasse, son client principal est la Corée du Sud avec 1,5 milliards de dollars et son fournisseur principal est Israël.

Dans ce contexte il est intéressant de savoir que jusqu’en 2018, c’est-à-dire 3 ans après le traité de Minsk, le fournisseur principal de la Russie était l’Ukraine (130 millions de dollars). Fait qu’on préfère ignorer aujourd’hui !

Ce marché de l’armement et les dépenses qui en découlent ont leur impact sur la population qui finalement les finance.

Ainsi aux Etats-Unis d’Amérique cet impact est de 2.406 dollars par habitant, en Allemagne il est de 868 dollar, en France de 866 dollars et en Israël de 2.762 dollars. Il va sans dire que cet argent pourrait être mieux investi dans une société qui risque d’imploser dans bon nombre de pays.

Mais réarmer rapporte gros. Il n’y a pas de quoi s’inquiéter !

Edouard Kutten