Lettre ouverte à l’attention du ministre de l’environnement Dieschbourg Carole et à l’attention du ministre de la santé Mutsch Lydia.

Depuis mon retour des Pays-Bas ; où j’ai travaillé pendant plus de 15 ans dans le désamiantage, la supervision du désamiantage et le contrôle de ces travaux au point de vue de la législation; j’ai essayé de trouver un emploi semblable. Je me suis dit vu que la législation européenne vaut pour tous les pays membres je devrais trouver un emploi vite fait.

Quelle fut donc ma surprise quand je me suis aperçu que l’amiante est toujours un sujet tabou. On dirait que l’amiante et toute sa problématique n’existe pas ici. J’ai donc commencé à faire quelques recherches sur internet. J’ai trouvé divers documents établis ou bien par l’STI ou par l’ITM ainsi qu’une interview donné en en février 2010 par l’ancien ministre de la santé Mars di Bartolomeo.

En lisant ces documents je me suis bien vite aperçu que le Grand-Duché du Luxembourg a encore un long chemin à parcourir avant de se trouver à un niveau identique avec de pays comme l’Allemagne, l’Angleterre, les Pays-Bas ou la France. Tandis que dans tous ces pays la loi s’alourdit d´année en année rien ne se passe au Luxembourg, on essaye d´apaiser la population avec de discours rassurants.

Pendant mes promenades j´ai remarqué que certains villages sont plein d´amiante-ciment sur les toits, contre les façades et même à l’intérieur des habitations. Comme Monsieur Di Bartolomeo l’a si bien raconté dans son interview, il s´agit de produits en amiante-ciment et ne forment donc aucun danger pour la santé publique. Cela est vrai si le produit n’a pas été endommagé ni corrompu par des années d’intempéries. Mais comme la majorité de l’amiante utilisé dans la construction date de plus de 20 ans, le cas contraire est vrai, pendant ces promenades j’ai vu que la plupart des façades et des toits sont fortement endommagés et érodés. Que feront nos ministres si un enfant casse par accident une de ces façades en amiante et commence à jouer avec les morceaux. Je ne voudrai pas être à votre place pour expliquer votre politique aux parents de l’enfant.

Monsieur Di Bartolomeo compare l’obligation d’un diagnostic amiante à l’obligation d’un passeport énergétique, c’est la plus bête des comparaisons que je n’ai jamais entendu de ma vie. Les personnes ne meurent pas d’une facture de chauffage trop haute mais bien d’un cancer des poumons causé par l’amiante. En plus monsieur Di Bartolomeo veut nous faire croire que la sécurité des ouvriers est garantie, donc si je comprends bien tous les ouvriers de rénovation des bâtiments ou du démolissage de ceux-ci sont apte à reconnaitre les 3000 applications de l’amiante et d’agir adéquatement. Ne me faites pas rire, même nos ministres ne savent pas de quoi ils parlent et tous les autres doivent le savoir.

Les documents émis par l’STI et l’ITM sont pour le moins qu’on puisse dire maigre. En sachant que l’amiante a été utilisé dans la fabrication de plus de 3000 produits et que ces documents ne prennent qu’une dizaine de ces produit en considération, on se poserait la question de la compétence des auteurs. Une des raison pour laquelle interdiction sur l’utilisation de l’amiante date de 2001, huit ans plus tard qu’aux Pays-Bas doit être que les intérêts économique valent plus que la vie d’un homme.

L’un des plus grands problèmes de l’amiante pour être reconnu comme produit mortel est qu’une fibre d’amiante peut prendre de 20 à 60 ans pour rendre le patient malade. Cependant il ne faut pas oublier qu’en théorie il suffit d’une seule fibre pour provoquer un cancer des poumons. Si l’amiante avait des caractéristiques similaires au cyanure, vous mourrez endéans la minute, les autorités prendrait le problème plus au sérieux.

Cela dit, pour moi il faut rendre le diagnostic amiante obligatoire, pour tous les bâtiments publiques (écoles, crèches, hôpitaux e.t.c.), avant la vente d’un bien immobilier ainsi que pour tous les bâtiments qui vont être rénovés ou démolis. Cela évitera, dans le futur, une avalanche de patients rendus malade par l’amiante et beaucoup d’articles de journaux comme celui parut dans l’essentiel au 24-10-2013 et parlant de fibres d’amiante trouvés dans une garderie d’enfants au Kirchberg.

Allez expliquer les intérêts économiques ou politiques à ces parents dans trente ans, au lit de leur enfant, qui meurt d’un cancer relate à ce fait. Oh oui j’oublie ce sera pour votre successeur ou le successeur de celui-ci.

Mesdames les ministres, arrêtez la politique d’autruche, prenez vos responsabilités, oubliez tout intérêt autre que celui de la population et remettez le Luxembourg à la place où il devrait entre à la tête de L’Europe montrant le bon exemple aux autres pays membres.

La balle est dans votre camp.

Veuillez agréer, Mesdames les ministres, l’expression de mes sentiments distingués.