Dëse "Plan de maintien dans l'emploi" gesäit ënnert anerem e Verbuet vun Entloossungen aus ekonomesche Grënn vir.

Den Taxi-Secteur huet staark ënnert der Coronapandemie gelidden. An deem Kontext hunn den LCGB an den OGBL elo en zweeten "Plan de maintien dans l'emploi" mat der zweetgréisster Federatioun am Taxiwiesen ënnerschriwwen. E leeft bis den 31. Dezember a gesäit ënnert anerem e Verbuet vun Entloossungen aus ekonomesche Grënn vir, fräiwëlleg Deelzäitaarbecht oder och nach de Chômage partiel.

Dat huet den LCGB e Mëttwoch matgedeelt.

Schreiwes

Sauvegarde de toutes les existences des chauffeurs de taxis grâce à un second plan de maintien dans l'emploi sectoriel

Luxembourg, le 7 juillet 2021 – Afin de préserver les existences de tous les chauffeurs de taxis, le LCGB, syndicat majoritaire dans le secteur du transport, et l'OGBL ont conclu en date du 28 juin 2021 un second plan de maintien dans l'emploi (PME) sectoriel avec la deuxième fédération du secteur.

En raison de sa grande dépendance économique avec les secteurs de l'événementiel, du tourisme et de l'HORECA, le secteur des taxis est hélas fortement impacté par les conséquences néfastes de la crise sanitaire actuelle. En effet, l'interdiction ou la limitation de rassemblement ou d'événements professionnels, privés ou publiques, la baisse sinistre du transport aérien et le besoin de trajets aéroportuaires, ainsi que la disparition de la clientèle du soir et de la nuit en raison du couvre-feu ont remis en question le besoin de taxis. Cet arrêt d'activité a négativement impacté les chiffres d'affaires des entreprises du secteur.

Afin d'éviter des effets néfastes pour les salariés et de sauvegarder leurs existences, les partenaires sociaux ont conclu un PME sectoriel pour une durée de 6 mois, à savoir du 1er juillet 2021 au 31 décembre 2021, qui comprend notamment les mesures suivantes :

• travail à temps partiel volontaire ;
• pause-carrière (congé sans solde) volontaire ;
• chômage partiel ;
• préretraite-ajustement ;
• prêt temporaire de main-d'oeuvre ;
• non-remplacement des départs ;
• encouragement de formations pour les salariés en interne et en externe ;
• interdiction de licenciements pour raisons économiques pendant la durée du PME.