Nodeems de Streckeradar op der Saarautobunn A13 am Tunnel Markusbierg den 20. September a seng Testphas gaangen ass, gëtt et zanter e Mëttwoch eescht.

Elo gëtt et eescht. No enger Testphas vu bal 2 Méint gouf e Mëttwoch den éischte Streckeradar op enger Autobunn schaarf gestallt. Vun e Mëttwoch u gëtt am Tunnel Markusbierg op béide Säiten iwwert eng Streck vu ronn 1,6 Kilometer d'Vitess gemooss. Zur Erënnerung: fir Autoen zielen 90, fir d'Camione 70 Kilometer an der Stonn. Nom Streckeradar tëscht dem Waldhaff a Gonnereng ass et déi zweet Installatioun hei am Land.

Op der Streck a Richtung Oste goufen dëst Joer – bis 10 Auer e Mëttwoch de Moien - eng 5.500 Gefierer geblëtzt. Am Ganze gouf de Blëtz knapp 3.000 Mol bei der rouder Luucht op der Stäreplaz ausgeléist. Vill, ma manner ewéi ugangs gefaart.

"Wann ech dat am Verhältnis kucke mat deemools wou mer déi Fix-Radaren agefouert hunn sinn déi Zuelen haut vill méi niddereg. Do gesäit een, datt d'Leit allgemeng méi oppassen well traditionell méi kontrolléiert gëtt.", esou den Transportminister François Bausch.

An awer gouf et tëscht September an November eng Serie un dramateschen Accidenter – e Groussdeel provozéiert duerch ze héich Vitess.

Bei der Vitess-Bekämpfung sëtzt een hei an Zukunft, ewéi am Tunnel Markusbierg, op de Streckeradar am Tunnel.

"Tunnelle si mat déi fataalste Plazen, déi mer op den Autobunnen hunn. Hei hate mer dëst Joer een Accident, bei deem 2 Leit ëm d'Liewe komm sinn. En Accident, deen nach vill méi Liewen hätt kéinte kaschten."
Am Allgemenge awer geet den Taux un Accidenter duerch méi Kontrollen erof. Eng Observatioun, déi een och an Éisträich deelt. Hei schafft ee schonn zanter Jore mat Streckeradaren an Tunnellen.

"Do ginn et Statistiken, déi weisen, datt de Risiko fir en Accident op Strecke mat esou engem Radar bis zu 50 Prozent erofgeet. Streckeradare féieren also warscheinlech dozou, datt et effektiv manner Accidenter ginn. Awer ganz allgemeng kann ee soen, datt d'Disziplin, d'Vitessen anzehalen, definitiv gewuess ass.", erkläert de Jurist Martin Hoffer.

An deem Kader gëtt d'Technik zu Lëtzebuerg an Zukunft weider ausgebaut.

"Mir wëllen op der Nordstrooss och a mindestens 2 geféierlechen Tunnellen dat nämmlecht maachen ewéi am Tunnel Markusbierg.", esou nach de François Bausch.

E Streckeradar moosst d'Zäit, déi e Gefier vu Punkt A bis op Punkt B brauch. Ass d'Vitess méi ewéi 3 Kilometer d'Stonn ze séier – da gëtt geblëtzt.

Offiziellt Schreiwes

Lutte contre l'insécurité routière au Luxembourg: le radar-tronçon dans le tunnel Markusberg sur l'A13 entrera en service le 1er décembre 2021 (23.11.2021)
Communiqué par : ministère de la Mobilité et des Travaux publics

Dans le cadre de la lutte contre l'insécurité routière, le radar-tronçon dans le tunnel Markusberg sur l'autoroute de la Sarre-A13, après une phase test qui a commencé le 20 septembre, entrera en service et donc en phase répressive en date du 1er décembre 2021.

Il s'agit du deuxième radar-tronçon qui est installé au Luxembourg, après celui sur la N11, entre Waldhof et Gonderange. Les radars sont annoncés par des panneaux avant l'entrée dans les tubes respectifs, dans les deux directions.

Le radar-tronçon calcule la vitesse moyenne des véhicules sur toute la longueur du tunnel (1.600 m). La vitesse maximale autorisée dans les tunnels est de 90 km/h et limitée dans le tube en direction de l'Allemagne à 70 km/h pour les poids lourds avec une masse maximale autorisée de 7,5 t. Une tolérance de 3 km/h ou 3% pour les vitesses au-dessus de 100 km/h sera déduite de la valeur calculée.

Les excès de vitesse sont la cause de la plupart des accidents graves, voire mortels. Les conséquences sont d'autant plus dramatiques dans un tunnel qui a un gabarit plus réduit par rapport à la route normale. En cas d'incident, le champ de manœuvre pour les conducteurs qui suivent est restreint. En plus, l'accès peut s'avérer problématique pour les services de secours, surtout en cas d'incendie et donc de déclenchement d'un plan de sauvetage.

Rappelons que, comme pour les autres radars, les photos seront effacées au plus tard deux semaines après l'acquittement de l'avertissement taxé. Les photos enregistrées non exploitables sont effacées au plus tard deux mois après leur enregistrement. En cas de procédure pénale, le délai d'effacement des photos court à compter du jour où le dossier a été définitivement classé sans suite, où la décision judiciaire n'est plus susceptible d'aucun recours ou où l'action publique est prescrite.