D'Regierung wëll sech an Zukunft méi staark der Waasserstoff-Technologie zouwenden. Eng éischt Waasserstoff-Tankstatioun kënnt dofir op Beetebuerg.

Waasserstoff-Tankstatioun zu Lëtzebuerg / Rep. S. Backes

Dës soll Ufank 2023 am Logistikhub vun den CFL zu Beetebuerg opgoen a wäert fir all méiglech Gefierer, déi mat Waasserstoff fueren, accessibel sinn. Den Hannergrond fir dës Decisioun ass d'Transitioun a Richtung erneierbar Energien an emissiounsfräie Verkéier. Bis elo ass den Undeel vu Waasserstoff an der Industrie nach relativ kleng. Wann en da genotzt gëtt, da kënnt en aus fossillen Energien. Dëst soll sech änneren. Zil ass et, dofir bis 2030 den Undeel u Waasserstoff zu 100% aus erneierbaren Energien ze bezéien. Den Ament wier een awer nach op Hëllef aus dem Ausland ugewisen, sou den Energieminister Claude Turmes:

Fir den Import op Lëtzebuerg ass et esou, dass mer am Gaange sinn, eng Etüd ze maachen um Benelux-Niveau, fir eben zesummen ze schaffe mat der Belsch an Holland. Waasserstoff, deen hei an der Géigend wäert aus Stroum vun der Nordsee produzéiert ginn. Ganz vill och zu Rotterdam an Antwerpen, wou och Schëffer wäerten ukommen, déi grénge Waasserstoff aus anere Plazen aus der Welt bréngen, dofir ass et wichteg, dass mir dann un dat Waasserstoff-Netz ugebonne sinn.

Dëse Waasserstoff kann duerch erneierbare Stroum an enger Elektrolys hiergestallt ginn. Hei gëtt d’Waasser dann a Waasserstoff a Sauerstoff gespléckt.

Dëse soll haaptsächlech an der Industrie an am Transportsecteur agesat ginn. Virun allem bei schwéieren Transportmëttel wéi bei Busser oder Camione kéint de Waasserstoff eng Alternativ zu den direkten elektresche Gefierer sinn.

Den Transportminister François Bausch:

Natierlech ass et sou, dass déi direkt Elektrifizéierung Limitten huet. Dat ass dee ganze Beräich, deen een "hard to electrify" nennt. Ech géing et sou beschreiwen, dass ech soen, wat d’Gefier méi déck gëtt, méi schwéier gëtt a méi laang muss fueren, wou et ëmmer méi problematesch gëtt, fir mat der Direktelektrifizéierung ze fueren. Do wäerten aner Technologien eng Roll spillen, virun allem gréngen Hydrogène oder Derivater.

Fir déi éischt Waasserstoff-Tankstatioun schafft d’Regierung mam Konzern TotalEnergies zesummen. Dëse wëll sech duerch d’Ëmbenennung vun Total an TotalEnergies nei Prioritéite setzen. De Nicolas Leblond, Generaldirekter vun TotalEnergies Marketing zu Lëtzebuerg :

En effet, Total s’est transformé en Total Energies, afin d’affirmer son ambition autour de deux grands principes. Tout d’abord, d’être un acteur majeur dans la transition energétique, notamment au niveau des transports et d’atteindre la neutralité carbonne de la production à l’utilisation finale des produits énergétiques.

No der éischter Tankstatioun zu Beetebuerg sicht TotalEnergies nach no engem weideren Terrain fir eng zweet Statioun.

Schreiwes

Développement de la première station publique à hydrogène au Luxembourg (14.09.2022)

Communiqué par : ministère de la Mobilité et des Travaux publics / ministère de l'Énergie et de l'Aménagement du territoire En date du 14 septembre 2022, François Bausch, Vice-Premier ministre, ministre de la Mobilité et des Travaux publics et Claude Turmes, ministre de l'Énergie, en présence des représentants de TotalEnergies Marketing Luxembourg, Nicolas Leblond et Eric Bleyer, ont fait une présentation du développement de la première station publique à hydrogène au Luxembourg.

La première station publique à hydrogène au Luxembourg sera mise en service vers fin 2022/début 2023 par TotalEnergies. Cette première station au Grand-Duché de Luxembourg prévoit l'approvisionnement en hydrogène de véhicules légers, de véhicules utilitaires et de poids-lourds et sera créée dans la ZAE Wolser A à Bettembourg, au centre routier sécurisé («CRS») de l'Eurohub Sud des CFL, et ce, dans le cadre du projet européen «H2Benelux».

Ce projet, lancé par la Commission européenne, vise à créer huit stations de ravitaillement en hydrogène au Benelux, dont une au Luxembourg. Un consortium réunissant huit compagnies a été établi dont TotalEnergies qui s'est engagé à mettre en œuvre la station de ravitaillement en hydrogène au Luxembourg. Au-delà de cet engagement, TotalEnergies prévoit dans les prochaines années la réalisation d'une nouvelle station multi-énergies au Grand-Duché de Luxembourg, qui proposera entre autres des bornes électriques ainsi que la distribution d'hydrogène. Vu le caractère novateur du site multi-énergies, le gouvernement salue l'initiative et soutient TotalEnergies dans la mesure du possible.

«La transition vers une mobilité durable s'impose à nous comme une nécessité impérieuse. La mobilité est au cœur de la vie quotidienne des citoyens européens. Le déploiement d'un réseau fiable d'approvisionnement en carburants alternatifs pour les transports est donc crucial pour faire face à l'interdiction prochaine des voitures à carburant fossile, contribuer à la réalisation des objectifs du «Pacte vert» et atteindre la neutralité carbone en Europe d'ici 2050. L'ouverture de cette station de ravitaillement en hydrogène au Grand-Duché de Luxembourg est une étape clé dans la mise en place d'un réseau de transport européen intégré et décarboné», déclare Richard Ferrer, responsable du secteur des carburants alternatifs à la CINEA, l'Agence exécutive européenne pour l'infrastructure climatique et l'environnement. «Les stations de ravitaillement en hydrogène et notamment celles prêtes à approvisionner les poids lourds à pile à combustibles à l'hydrogène joueront à l'avenir un rôle important dans la décarbonisation du secteur du transport. Dans le paquet "Fit for 55" proposé par la Commission européenne afin de réduire par rapport à 1990 les émissions de CO₂ de l'UE d'au moins 55 % jusqu'en 2030, des obligations quant à l'équipement du réseau transeuropéen de transport (RTE-T) et en particulier des pôles multimodaux sont formulées. Je suis ainsi ravi que le Grand-Duché de Luxembourg assure déjà aujourd'hui que les infrastructures requises en carburants alternatifs soient déployées afin de faciliter la transition vers ces technologies» précis François Bausch, ministre de la Mobilité et des Travaux publics.

«L'hydrogène est une alternative prometteuse dans certains secteurs difficiles à décarboner par électrification directe, comme par exemple le secteur des poids-lourds: il permet de stocker de l'énergie, et de la libérer sans empreinte carbone. Or, seul l'hydrogène renouvelable, produit à partir d'énergies renouvelables, ne cause pas d'émissions de gaz à effet de serre», explique Claude Turmes, ministre de l'Énergie. Le PNEC prévoit que la certification et l'approvisionnement de l'«hydrogène vert» soient des conditions indispensables à la mise en service de stations à hydrogène.

«Réinventer la production et la consommation d'énergie pour atteindre la neutralité carbone à 2050 ensemble avec la société et résoudre le défi climatique. Telle est l'ambition de TotalEnergies, acteur majeur de la transition énergétique. C'est donc avec grande fierté que nous annonçons l'ouverture de la première station à hydrogène au Luxembourg pour fin 2022/début 2023», Eric Bleyer directeur Mobility & New Energies de TotalEnergies au Luxembourg.

«L'hydrogène est un des éléments constitutifs de la stratégie de TotalEnergies Marketing Services pour décarboniser la mobilité, en particulier dans le transport long-courrier européen» déclare Antoine Tournand, directeur Hydrogène pour la H2 Mobility. «La réalisation de la première station H₂ au Luxembourg fait partie intégrante de notre objectif d'exploiter directement ou indirectement un réseau européen de stations-service à hydrogène de plus de 100 stations en Europe au cours de la prochaine décade. Nous sommes fiers de contribuer à l'effort européen et en particulier celui du Luxembourg pour assurer la transition énergétique dans la mobilité».