"Erstaunt" hat den LCGB iwwer d'Ewechfale vu verschiddene Buslinne reagéiert - de Ministère liwwert elo d'Confirmatioun.

Esou falen eng ronn 20 Bus-Verbindungen ewech, déi Schaff-Trajete concernéieren, absënns op Colmer-Bierg, Stolzebuerg, Konter, Steesel an Ettelbréck.

D'RGTR-Linnen ginn aus Rentabilitéitsgrënn ofgeschaaft, woumat ronn 5 Milliounen d'Joer kënnen agespuert ginn.

Vu Mëtt Februar u ginn deemno 21 Destinatiounen bei Fabricken net méi ugefuer, well an der Moyenne fir déi meescht Linne manner wéi eng Dose Leit an de Busser souzen.

Pressecommuniqué vum Transportministère

Suppression de lignes d'autobus à partir du 12 février 2023 (02.12.2022)
Communiqué par : ministère de la Mobilité et des Travaux publics / Administration des transports publics

Le ministère de la Mobilité et des Travaux publics, ensemble avec l'Administration des transports publics, informe que plusieurs lignes d'autobus à destination de sites industriels et fonctionnant en travail posté seront supprimées.

Une réorganisation de l'entièreté du réseau d'autobus du RGTR a été menée entre 2016 et 2022. Cette période comprend les études et analyses participatives préparatoires, une soumission publique pour l'exploitation de ce réseau ainsi que finalement sa mise en place, comportant entre autres une renumérotation intégrale des lignes en 2022.

Le réseau des transports publics a vocation à offrir un service de transport collectif. De ce fait, une attention particulière doit être prêtée à l'utilisation de ces lignes. La couverture du réseau RGTR tel qu'il a été mis en place permet de couvrir les besoins qui ont été constatés et exprimés par les communes et la population.

Dans le passé, certains sites industriels et fonctionnant sous le régime de travail posté ont été desservis par des lignes d'autobus du RGTR. Ces lignes avaient été créées au fil du temps et adaptées selon les plans de travail des équipes dans les entreprises concernées.

Les lignes concernées n'ont pas fait partie de la soumission publique pour l'exploitation du RGTR. Un maintien de telles lignes va à l'encontre des efforts menés avec les stratégies de mobilité – pour rappel, la stratégie Modu 2.0 met un accent sur les 4 acteurs de la mobilité, à savoir les employeurs et les établissements d'éducation, le citoyen, l'État, et les communes. Le rôle de l'État ne consiste pas dans la mise en place d'un service de transport dédié aux besoins d'une entreprise privée. Il y a lieu de veiller aussi à un traitement équitable des entreprises, car il existe aujourd'hui des entreprises qui organisent et prennent en charge de propres mesures pour améliorer la mobilité de leurs employés.

Le maintien de ces lignes n'est pas justifiable non plus en raison de la faible utilisation sur les dernières années. Des comptages relatifs à l'occupation des autobus sont réalisés moyennant des capteurs automatiques permettant d'identifier le nombre de montées et de descentes de passagers à chaque arrêt d'autobus. Selon les comptages analysés sur les 21 lignes concernées, l'occupation maximale d'une ligne à destination d'un site était de 15 à 16 personnes en moyenne et répartis sur l'ensemble des courses réalisées sur une journée. Pour la plupart de ces lignes, cette moyenne était nettement en dessous de 10 personnes. L'occupation est donc extrêmement faible.

Enfin, la mise en place d'instruments tels que les plans de mobilité entreprise permet aux entreprises, avec le soutien des autorités publiques, de trouver ensemble des solutions de mobilité tout faisant appel à la responsabilité des entreprises envers leurs employés.

Pour ces raisons, il a donc été décidé de supprimer l'exploitation de ces lignes d'autobus, avec effet au 12 février 2023. Les grandes entreprises concernées ont été avisées de cette décision fin novembre 2022.

À noter encore que le coût annuel pour ces lignes s'élève à environ 4,5-4,8 millions d'euros.

Lignes concernées:

10U Roodt/Syre (Z.I.) - Gilsdorf - Diekirch
13U Erpeldange - Colmar/Usines-Roost
14U Asselborn - Colmar/Usines
15U Troine - Clervaux - Colmar/Usines - Bissen/ArcelorMittal
16U Rodershausen - Colmar/Usines
17U Clervaux - Hosingen - Stolzembourg/SEO
20U Reisdorf - Steinsel Z.l.
21U Echternach - Colmar/Usines
40U Contern Village/Contern ZI - Sandweiler Gare
50U Bettembourg, Gare - CFL Multimodal - Eurohub
60U Niedercorn - Esch - Dommeldange - Steinsel Z.l.
61U Rodange - Dommeldange - Steinsel Z.l.
70U Rodange- Steinfort - Colmar/Us. - Diekirch
90U Perlé - Rambrouch - Ettelbruck
91U Colmar/Usines - Beckerich - Arlon (B)
92U Bigonville - Colmar/Usines
93U Martelange - Colmar/Usines
94U Boulaide - Colmar/Usines
95U Colmar/Usines - Bastogne (B)

Gewerkschaften hate schonn am Virfeld reklaméiert

De Gewerkschaften no wiere Mataarbechter vu Betriber zu Colmer-Bierg, Biissen, Beetebuerg, Steesel a Veianen betraff an hätte keng Alternativ méi. Den OGBL an den LCGB iergere sech, datt Buslinne bei verschiddenen Industriebetriber d'nächst Joer ofgeschaaft ginn a fuerderen, datt de Mobilitéitsministère déi Decisioun réckgängeg mécht.

Dem Ministère no wier decidéiert ginn, déi concernéiert Linne vum 12. Februar un net méi ze fueren, well net genuch Leit dovu profitéiert hätten.

D'Leit déi op deenen Industriezone schaffen, hätte vun dann un awer keng wierklech Alternativ méi fir op d'Aarbecht ze kommen, schreiwen d'Gewerkschaften an 2 verschiddene Communiquéen.

Dem LCGB no wieren ënnert anerem Mataarbechter vu Betriber zu Colmer-Bierg, Biissen, Beetebuerg, Steesel a Veianen betraff.

Secteurs bus et industrie - Le paradoxe dans toute sa splendeur !

Luxembourg, le 2 décembre 2022 – Le LCGB, syndicat majoritaire dans le secteur transport, a appris avec stupéfaction la suppression prochaine de plusieurs lignes de bus reliant différentes localités situées aussi bien au Luxembourg, qu'au-delà de la frontière vers des grandes entreprises industrielles ou sidérurgiques luxembourgeoises.

Concrètement, ces lignes permettent à l'heure actuelle le transport de personnes et plus particulièrement de travailleurs aussi bien résidents que frontaliers vers leurs lieux de travail, comme vers l'usine Goodyear, à Colmar-Berg, Arcelor Mittal à Bissen, CFL Multimodal à Bettembourg, Cebi à Steinsel, S.E.O. à Vianden pour ne citer que ces exemples.

Paradoxalement, cette décision se fait en parallèle à une enquête toujours en cours du Ministère de la Mobilité et des Travaux publics auprès des employeurs concernés afin de recenser les besoins de mobilité de leurs salariés.

Alors que l'Union européenne s'engage à adopter la neutralité carbone d'ici 2050, cette suppression prochaine des lignes concernées a de quoi étonner !

Par ailleurs et bien que le Gouvernement ait décidé il y a quelque temps de rendre les transports publics gratuits, afin de désengorger les routes, ce rétropédalage tendra à congestionner un trafic toujours plus dense de jour en jour et qui impactera grandement la vie des salariés se rendant sur leurs lieux de travail.

Face à une conjoncture extrêmement compliquée et une inflation toujours plus galopante, le LCGB est finalement très préoccupé de cette décision du Ministère de la Mobilité et des Travaux publics qui va accentuer la pression sur les salariés concernés et ainsi dégrader leur pouvoir d'achat.

Dans ce contexte, le LCGB revendique le retrait immédiat de cette initiative et ceci dans l'intérêt de tous les salariés concernés ! Le LCGB vient en outre de solliciter une entrevue d'urgence avec le Ministre de la Mobilité et des Travaux publics afin de dégager des pistes alternatives à une simple suppression des lignes concernées.